Vaccination de 90% des enfants d’ici fin 2021 : une très mauvaise idée en ces temps de crise sanitaire.

0
481
La présence des enfants à l'esplanade de la mairie d'Owendo.

Le ministère de la santé  vient d’annoncer qu’il ambitionne de  faire vacciner 90% des enfants d’ici décembre prochain.  Un projet certes important pour les populations des zones rurales. Mais,  en pleine crise sanitaire, cette vaccination de routine pourrait créer une psychose dans le pays.

En effet, pour renforcer l’immunité des enfants de 0 à 11 mois  des départements sanitaires à faible performance vaccinale, le gouvernement à travers le ministère de la santé  vient d’annoncer qu’il ambitionne de vacciner  au moins 90% des enfants desdits départements.

Cet objectif,  fixé lors de l’audience du  29 juin dernier que le ministre de la santé avait accordé aux  représentants résidents de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) et du Fonds des nations unies pour l’enfance (UNICEF), pourrait susciter de la  confusion et de la colère  chez les populations.

Depuis le lancement de la campagne de vaccination du covid-19 à l’intérieur pays, les réticences et autres préjugés sur les vaccins continuent d’inonder la toile. Certains Gabonais  ont encore peur  de se rendre dans les  hôpitaux pour une injection. Des craintes,  qui inondent encore les esprits des populations. De ce fait, dire   aux populations que le gouvernement souhaite faire vacciner les enfants de 0 à 11 mois pour renforcer  leur immunité, même s’il ne s’agit pas des vaccins du covid-19, ces derniers seront très hésitants. Quand bien même, les vaccins concernés par cette stratégie vaccinale ne sont autres que le BCG, le Penta3, le VPO 3, le VAR, le VAA. Des vaccins nécessaires pour les enfants de 0 à 11 mois,  en vue  du renforcement de leur immunité collective.

D’où la nécessité d’attendre la fin de la pandémie et de la vaccination du covid-19 dans le pays, pour atteindre les 80% de la population.

L’initiative de Guy Patrick Obiang, qui donne l’impression que les gabonais s’activent  et adhèrent à l’idée de se faire vacciner,  devrait faire l’objet d’une  stratégie  de communication, pour faire adhérer les  populations notamment les parents des enfants des différents départements du Gabon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here