Quand Ben Moubamba injecte son venin sur Brice Laccruche Alihanga.

0
1025
Brice Laccruche Alihanga, l'ex directeur de cabinet du Chef de l'Etat.

Les récentes apparitions publiques du chef de l’État gabonais Ali Bongo Ondimba, seraient une supercherie de Brice Laccruche Alihanga et des services secrets étrangers.  Des propos avancés par l’ancien Vice-premier ministre Bruno Ben Moubamba. Au point que l’ancien membre du gouvernement aurait confondu la personne du Président de la République, dont il avait pourtant été très proche, à un  « ditengou ».

Depuis son éviction, Bruno Ben Moubamba est devenu coutumier des faits qui, parfois, frisent la démence. Dès lors, les gabonais s’interrogent si monsieur 0 % à l’élection présidentielle d’août 2016, ne serait pas devenu un mythomane en sursis dont l’état mental nécessite l’internement dans un asile psychiatrique.

Dans la mesure où après un éphémère passage au gouvernement, Ben Moubamba voit le mal partout.  D’ailleurs pour soutenir son raisonnement, à la limite débile, Ben Moubamba soutiendrait le fait que le Président de la République ne communiquerait plus sur sa page ” facebook”.

Après Emmanuel Issozet  Ngondet, qui lui avait mis un coup de pied pour sortir le trublion bouffon de son gouvernement, Brice Laccruche  Alihanga serait la nouvelle cible à abattre qu’aurait choisi Ben Moubamba.

Surtout que le Distingué Directeur de cabinet, depuis la maladie déclarée du chef de l’Etat, est l’homme à la manoeuvre sur tous les fronts. Afin qu’Ali Bongo Ondimba retrouve rapidement la plénitude de ses moyens physiques.

Tous ceux qui prédisaient le pire au chef de l’État, comme Ben Moubamba, sont surpris de voir ce dernier recouvrir le mieux de sa forme lors de la cérémonie de prestation de serment du Ministre d’État Rose Christiane Ossouka Raponda.

Occasion de rappeler à  Ben Moubamba qu’entre lui et Brice Laccruche Alihanga c’est quasiment deux pôles diamétralement opposés.

Nommé Vice-premier ministre, à la surprise générale après un 0 %  électoral, Ben Moubamba a été relégué, après seulement quelques semaines, au modeste poste de  ministre d’État par simple recadrage, avant de se voir évincé sans ménagement du gouvernement.

Brice Laccruche  Alihanga lui, cependant, après avoir conduit à la victoire écrasante du PDG aux élections locales et législatives 2018, s’est vu reconduit dans ses fonctions. Preuve de la reconnaissance par le chef de l’État du travail abattu par son Directeur de cabinet.

Pendant ce temps Bruno Ben Moubamba se faisait écrasé sur le terrain électoral de Moabi, localité que l’homme présentait comme étant son “fief” politique.

Démence quand tu nous tiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here