Pour quel vice-président de la République ?

0
211
René Ndemezo Obiang (à gauche) et Moukagni Iwangou (à droite)

De René Ndemezo Obiang à Moukagni Iwangou par exemple, les Gabonais ont compris que la démocratie ne peut fonctionner qu’avec un Homme pondéré et visionnaire, donc ayant la rare capacité de s’inscrire dans l’Histoire.

Dans la nomination du vice-président, tout est une question d’équilibre ou plutôt en l’occurrence, de rééquilibrage. Il y a toujours une dimension stratégique, il s’agit de contrebalancer un certain nombre de faiblesses. Il faut tirer les leçons de la pratique en instaurant tacitement celle de vice-président comme aux Etats-Unis. Le poste de vice-président au Gabon est obscur et est peu défini dans la Constitution. Elle ne lui donne aucune tâche gouvernementale clairement définie. Le vice-président n’a aucun domaine exécutif propre. Son rattachement à l’Exécutif provient essentiellement des missions que le Président lui confie. Et cela n’est pas mineur. Le vice-président peut parfois avoir une certaine influence dans les missions qu’il exerce à l’international auprès de différents interlocuteurs comme des chefs d’Etat. C’est quelque chose qui peut régulièrement se présenter.

Aussi, les tâches que pourra remplir le nouveau vice-président seront donc flexibles en fonction de sa personnalité, de son expérience, mais aussi de la santé du Président de la République Ali Bongo Ondimba. Et c’est là que l’importance du vice-président pourra s’accroître. Cependant, en cas de destitution, de mort ou de démission du Président, ou de son incapacité d’exercer les pouvoirs et de remplir les devoirs de sa charge, ceux-ci ne seront malheureusement pas dévolus au vice-président.

Par ailleurs, le vice-président pourra parfois avoir une certaine influence dans les missions qu’il exerce à l’international auprès de différents interlocuteurs comme des chefs d’Etat. C’est quelque chose qui pourra régulièrement se présenter.

À moins d’un incroyable retournement de situation, le débat des candidats à la vice-présidence ne devrait pas influencer la politique gabonaise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here