Peut-être vers une alliance entre Soro et Bédié.

0
683
Guillaume Soro et Henry Konan Bédié main dans la main lors d'une sortie en Côte d'Ivoire.

À moins de deux ans de l’élection présidentielle, les deux hommes ont affiché leur bonne entente et leur proximité lors de leur rencontre à Daoukro, du 17 décembre. Ils laissent planer le doute sur une possible alliance pour 2020.

On les avaient souvent vus marchant côte à côte, désormais ils avancent main dans la main. Mieux, à Daoukro, le 17 décembre, Henri Konan Bédié et Guillaume Soro dansaient ensemble sur le même tempo, sous les applaudissements de la foule. Ces deux fins politiques le savent : parfois, quelques images valent plus que des mots.

Plus d’un an après leur dernier tête-à-tête qui remonte à novembre 2017, la mise en scène de leurs chaleureuses retrouvailles a été finement préparée. Tambours et trompettes, larges sourires, haie d’honneur : le président de l’Assemblée nationale ivoirienne a été accueilli en grand pompe à Daoukro, le fief de son aîné. « Comme un prince », ont estimé plusieurs médias ivoiriens, « comme un ami », lâche un membre du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). « Comme un allié ? », la question reste entière.

Alors que les images de cette rencontre ont été largement diffusées, rien n’a filtré sur son contenu. Depuis un an et demi, les deux hommes s’emploient à souligner leur proximité. Dès juillet 2017, au lendemain de mutineries dans le pays, alors que la relation entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro s’était largement dégradée, l’ancien chef de la rébellion s’était ainsi été rendu à Paris dans l’appartement du patron du PDCI. Depuis, des émissaires, notamment Affoussiata Bamba-Lamine, ancienne ministre de la Communication et proche de Soro, n’ont cessé de faire le lien entre ces deux hommes qui partagent le goût des cigares et de la provocation.

Flou et confusion

Car ce rendez-vous avait tout d’un pied de nez à l’égard d’Alassane Ouattara. Longtemps allié du président ivoirien, il a rompu en août dernier avec la coalition présidentielle et le parti unifié voulu par le chef de l’État. Un projet vertement critiqué par Guillaume Soro, qui continue à entretenir la confusion et le flou sur ses intentions.

 S’il est en marge du parti, Guillaume Soro est en effet toujours officiellement vice-président du Rassemblement des républicains (RDR). Il a néanmoins refusé de se rendre à l’assemblée constitutive du parti unifié RHDP en juillet dernier et n’a pas encore dit s’il se rendrait au congrès, prévu le 26 juillet 2019. « Il est trop tôt pour se positionner », estime un de ses proches.

Source : Jeune Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here