Maître Anges Kevin Nzigou à deux pas de la prison centrale ?

0
772
L'Avocat Anges Kevin Nzigou lors d'une conférence de presse.

L’annonce a été faite par l’Avocat lui-même   le lundi dernier. Maitre Anges Kevin Nzigou serait sous les radars des agents de la Direction générale de la contre-ingérence et de la sécurité militaire (DGCISM) encore appelée « B2 ».   Militant du parti de l’opposition,  Pour le Changement (PLC) et membre du mouvement Appel à agir,  ce jeune avocat pourrait se retrouver à la prison centrale (sans famille),   si les autorités judicaires ne réagissent pas.    

Très engagé dans l’opposition ces dernières années, Maitre Anges Kevin Nzigou, a annoncé le lundi 14 décembre dernier, qu’il aurait reçu une correspondance  du B2, pour être entendu sur l’affaire de son client,  Nicolas Nguema actuellement en détention au B2.   Une correspondance qui commence a  suscité  des interrogations, car, selon les dispositions réglementaires,  notamment l’article 69 de la loi sur l’exercice de la profession d’avocat, il est   indiqué que, le secret professionnel de l’avocat a un  caractère absolu.  Une disposition sur laquelle s’appuie l’Avocat pour contester cette correspondance  du colonel Raymond Serge Makaga Magugadu et du procureur André Patrick Roponat qui exigerait que ce dernier  soit entendu sur ladite affaire.  Le procureur de la république  s’est – il imprégné de  cette disposition avant d’envoyer cette correspondance à mettre Kevin Nzigou ?

« Nous étions officiellement informés d’une correspondance du colonel du B2 et du Procureur de la République rendant chacun compte d’une enquête ouverte contre Monsieur Nguema et son avocat Anges Kevin Nzigou », a souligné l’avocat lors de sa conférence de presse.

Question, un Avocat impliqué dans l’affaire de son client peut-il donner des informations aux autorités judiciaires dans une affaire  qui concerne son client ? Une question à laquelle l’avocat a tenu à répondre par la négative, eu égard au secret professionnel et les dispositions règlementaires qui protègent et encadrent la profession  d’avocat.

C’est donc un bras de fer qui vient- de commencer entre le procureur de la république, et les avocats, qui ne comptent pas se laisser intimider par cette correspondance,  du procureur  André Patrick Roponat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here