Le débat de Missélé eba’a: Le congrès du PDG le plus attendu…

0
781
Ali Bongo Ondimba avec ses promesses non tenues

C’est par le congrès du PDG du 12 décembre prochain que le président de la République et par ailleurs Distingué camarade a décidé de dessiner son avenir politique. En effet, c’est à l’issue de cette kermesse politique qu’on saura (1) si Ali Bongo a réellement repris la main dans les affaires du pays et (2) s’il entend concourir pour un troisième mandat, bien que cette ambition soit risquée, politiquement et sur le plan sanitaire.

Alors que l’agenda politique national est déterminé par l’opposition depuis l’arrestation de Brice Laccruche Alihanga, le PDG dirigé par Éric Dodo Bounguendza n’a pas montré l’agressivité politique qu’imposait le contexte. Cela se comprend aisément, l’homme a plutôt les allures d’un Michel Rocard, c’est-à-dire pondéré et trop imbibé de convenances. Or la politique c’est la bataille en permanence.

Éric Dodo Bounguendza est un intellectuel accompli qui serait plutôt un bon ministre qu’un secrétaire général d’un parti au bilan peu vendeur dans le contexte de tensions explosives qui s’annoncent. D’ailleurs, cette aptitude lui est reconnue car, ayant été son plus proche collaborateur, il avait fortement contribué à façonner le profil adulé et crédible dont bénéficie Paulette Missambo aujourd’hui.

En plus, l’alliance Haut-Ogooué-Lolo ayant pris de l’eau, il serait impertinent de rester sur les vieux schémas qui ne tiennent  pas compte des nouvelles réalités du terrain. L’Ogooué Lolo a désormais ses propres enfants candidats. Par conséquent, aucune population réfléchie, selon le contexte politique gabonais, ne donnerait le parapluie à l’enfant de l’autre quand ses propres enfants sont sous la pluie. L’évidence d’une nouvelle alliance s’impose.

Depuis l’ostracisme des cadres fang dans l’administration après l’élection présidentielle d’août 2009 et la mort étrange d’André Mba Obame, on note que la majorité des gabonais de cette ethnie est devenue psycho-incompatible avec l’état d’esprit du PDG. Donc ce n’est pas de ce côté devenu radical qu’une quelconque alliance est possible.

Malgré la mort de Pierre Mamboundou Mamboundou dans des conditions jamais élucidées, les punu n’ont jamais exprimé une forme de radicalité envers le pouvoir en place. Bien au contraire, l’ascension de Yves Fernand Mamfoumbi, symbole de l’homme punu intelligent et moderne qui a réussi par le travail, a semblé constituer un tranquillisant apprécié. Autrement dit, c’est plutôt de ce côté qu’une alliance objective est à rechercher si Ali Bongo entend donner au PDG une stabilité indispensable par les temps qui courent.

Dans les changements attendus, il y a naturellement celui d’Éric Dodo Bounguendza qui aura certainement correspondu à un contexte, celui de la mise en place des nouveaux textes du parti, en phase avec son côté d’homme intellectuel, mais également tout le collector d’intriguants qui pollue le bureau du secrétariat général, notamment Rastignac en jupon qui ne sait que lire les communiqués écrits par d’autres esprits.

C’est à partir de ces changements réfléchis qu’on saura si réellement Ali Bongo entend se battre avec une armée politique efficace pour se maintenir au pouvoir dans un contexte national et international difficile ou s’il a choisi de laisser la conspiration et la trahison sévir dans un PDG naviguant déjà en pleine incongruité existentielle.

Rappelons que, majoritairement, les cadres du PDG n’ont rien contre leurs anciens camarades qui trônent dans l’opposition. Il ne faudrait donc pas que les prochaines décisions prises lors du congrès légitiment leurs retrouvailles ou alliances, finalement, objectives. Etant donné que ce sont les divergences de choix du Distingué camarade qui avaient percé la marmite PDG, laissant échapper de nombreux cadres valeureux. C’est en cela que le congrès du 12 décembre sera le plus attendu depuis la création de ce parti. Il déterminera tout: la construction ou la casse.

Par Télesphore Obame Ngomo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here