Il y a du grabuge au sein de l’Association des Cinéastes du Gabon.

0
511
Les cinéastes gabonais sous perfusion

C’est dans le cadre d’un Facebook live en date du vendredi 26 février avec pour thème « le Comité Consultatif d’Ethique et Suivi : Frein au développement de l’ACG (Association des Cinéastes du Gabon) », que le groupe YABO CINEMA a dénoncé ce que l’on peut appeler la transition la plus longue d’une association cinématographique.

En effet, les travaux de révisions des textes de l’ACG sont très avancés. Moderniser une structure restée sclérosée 27 ans n’est pas une mince affaire. Dans la dernière ligne droite, le président du bureau sortant, qui s’est arrogé le rôle d’unique tête pensante de la Transition a tenté d’imposer un Comité dont le rôle et le fonctionnement ne sont pas clairs. Ce comité s’est tour à tour appelé « Commission de Bonne Gouvernance », « Comité de Surveillance », et aujourd’hui « Comité Consultatif d’ Ethique et Suivi » (CCES). Force est de constater que depuis 6 mois, le groupe YABO CINEMA refuse l’intégration en l’état de ce Comité Consultatif d’Ethique et de Suivi, dans le Statut et le Règlement Intérieur de l’ACG, et des interrogations demeures.

Pourquoi ce comité consultatif d’éthique et de suivi ? Si le besoin de modération et de médiation est compréhensible au sein de chaque groupe, cela nécessite-t-il la mise en place d’un organe pérenne alors que nous sommes dans un cadre associatif qui devrait être apaisé serein?

Quelle est la base de recrutement et la composition du CCES ? La base de recrutement du CCES n’est-elle pas discriminatoire, en associant dans la formulation de la qualité souhaitée de ses membres les termes « Ancien » et « connaissances et compétences »? (Art 6 du Règlement Intérieur alinéa 4) ce qui de fait interdit aux membres les plus jeunes de l’association l’accès à ce comité. Dans le même esprit discriminatoire, il n’est nullement fait mention de la présence féminine, au sein de ce comité alors que l’association promeut l’approche genre (Article 2 des Statuts). Enfin le mode de renouvellement de ce CCES (partiel ou total, mensuel, annuel ?) mérite précision.

Entre ses fonctions de médiation, d’évaluation, d’inspection et de conseils, (Article 6 du Règlement Intérieur alinéa 2) le CCES risque d’entrer en conflit avec le programme d’un bureau élu par l’assemblée générale devant qui ledit bureau rend des comptes. Entre les recommandations (Art6 alinéa 1) du CCES que le Bureau Exécutif est censé prendre en compte, le bicéphalisme et la paralysie guettent.

Un comité n’effectue pas de « mandat », mais des « missions ». Des missions clairement circonscrites dans l’objet, le temps, et les moyens. Le CCES semble avoir pour mission de résoudre les futures crises graves notamment avec le B.E. Mais le CCES ne doit pas se substituer à l’assemblée générale pour la résolution de ces crises qu’il faudra avoir préalablement définies. Par ailleurs, le mode de révocation du Bureau Exécutif est un peu cavalier. On passe de l’interpellation à la révocation, sans palier, et surtout sans jamais qu’il ne soit mentionné ou concédé une quelconque audition pour la défense au Bureau Exécutif. On pourrait avoir l’impression qu’il est plus facile de révoquer un bureau exécutif, organe reconnu par les statuts, élu sur un scrutin de liste, et avec un programme validé par l’assemblée générale, que d’exclure un simple membre, pour lequel les statuts évoquent toujours un appel anticipé à la conciliation. Enfin, la durée de 5 ans de la mission de ce Comité Consultatif d’Ethique et de Suivi n’a aucune justification. Le retrait pur et simple de ce CCES est vivement souhaité par les membres du groupe YABO CINEMA.

Force est de constater que le groupe YABO CINEMA y voit la cause de futures difficultés. Il a même fait des suggestions à toutes les étapes de résolution du marasme. Mais les différentes contre-propositions à ce sujet n’ont pas été prises en compte. C’est pour cela que nous avons fait ce “Live” et que nous allons continuer d’en faire pour éviter la caporalisation et la mise sous-tutelle de notre association.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here