Gabon/Le débat de Missélé eba’a: Faut-il craindre le long périple du chef de l’État?

0
450
Le Président de la République Ali Bongo à la COP 26

Qui veut aller loin doit ménager sa monture nous rappelle la sagesse populaire. Le président de la République a entamé un périple international quasiment de même facture que celui qui avait précédé son accident vasculaire cérébral.

De Dubaï à Glasgow, de Rabat à Paris, il y a de quoi attirer l’attention du protocole d’état sur les déplacements épuisants qui engagent la stabilité de notre pays. Le Gabon ne devrait pas revivre la même instabilité qui a suivi la chute du président de la République à Ryad en octobre 2018. Il y a lieu de s’assurer de la nécessité ou de la pertinence de certains déplacements au nom de la République.

Certes le chef de l’État rappelait dans le magazine Jeune Afrique qu’il avait de l’énergie à revendre mais la réalité du corps humain ne trompe jamais. Si on peut se réjouir du retour d’Ali Bongo Ondimba sur la scène internationale, tuant au passage toutes les thèses les plus folles entendues ca et là, on pourrait tout de même regretter un drame inutile qui surviendrait par les temps qui courent.

L’agenda du président de la République doit désormais correspondre à ses réalités. Le superflu ou l’ostentatoire devrait être prohibé. Il en va de la vie de la République. La diplomatie a ses codes et ses passerelles. Alors que les affaires étrangères travaillent.

Par Télesphore Obame Ngomo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here