Vente illicite de terrain à Libreville : Alain Mihindou défie les autorités de Bizango rails.

0
694

C’est devenu une véritable jungle au quartier Bizango rails, appelé communément « chez les chinois ». Alain Mihindou de nationalité Gabonaise, serait devenu par les liens du mariage avec sa femme,  le propriétaire de la quasi-totalité du quartier dit « chez les chinois » à Bizango. Une appropriation illicite des terres qui serait aujourd’hui à l’origine de plusieurs conflits bien connus des autorités judiciaires et administratives de la commune de Ntoum.

Alain Mihindou serait-il au-dessus de la  loi ? La justice serait-elle devenu complice des agissements de ce dernier ? Ces questions méritent leurs pesant d’or, eu égard aux différents conflits qui depuis des années,  opposent les populations autochtones de Bizango rails  appelé « chez les chinois », à Alain Minhindou. Des hectares de terre concédée aux familles autochtones pour y pratiquer de l’agriculture, ont été vendus à des tierces personnes par Alain Mihindou, qui, pour avoir épousé l’une des filles de l’une des personnalités autochtones du quartier, s’est accaparé de tout cet espace et procède depuis des années à la vente anarchique de ces lopins de terre. Les plaintes déposées à la brigade de Gendarmerie du PK9, auprès du Maire du 3e arrondissement de Ntoum, Marc Obame et au tribunal de Libreville, ont accouché d’une souris. Il semblerait que, certaines autorités du tribunal  et des hauts gradés des forces de sécurité et de défense auraient également acheté des terrains  de façon illicite avec ce Monsieur, ce qui expliquerait le non-aboutissement de toutes ces plaintes déposées contre ce Monsieur au tribunal de Libreville.

Des actes de banditismes et de corruption qui n’honorent pas le pays. Surtout quand on sait que, les autorités depuis des années tentent de lutter contre ce genre de pratique. Qu’à cela ne tienne, l’intervention des plus hautes autorités du pays est très attendue pour éviter la mort de vie humaine. Car, ces derniers mois, c’est avec des machettes et des fusils que les conflits se sont réglés du côté de Bizango rails « chez les Chinois ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here