Un avion d’Afrijet a raté son décollage à l’aéroport de Libreville vendredi dernier.

0
1876
Un avion de type ATR d'Afrijet

Un incident aérien a eu lieu dans l’après-midi du vendredi 21 mai 2021 à l’aéroport internationale de Libreville. Un avion de type ATR appartenant à la compagnie aérienne Afrijet, a arrêté son décollage à haute vitesse, et a fait chauffer les pneus de son train d’atterrissage. Il est resté immobilisé plusieurs heures à tel point que les passagers du vol J7116 ont dû être redirigés au vol J7152.

En effet, l’avion devait décoller jeudi à 13h30 en direction de Port-Gentil, mais le pilote a rencontré un problème au décollage. Pour cet avion de type ATR, le décollage n’a duré que 30 à 35 secondes. Mais pourtant le moteur est tombé en panne, et le pilote a juste eu le temps de décider de maintenir cette bête métallique au sol. Parce que lorsqu’on roule sur une piste à plus de 160 kilomètres par heure, les choses se passent très vite. La décision d’interrompre un décollage est une décision très intense parce qu’il faut le faire en dessous d’une certaine vitesse, sinon, à cause des lois physiques, l’avion ne pourra pas s’arrêter. Cette manœuvre d’urgence a provoqué une grosse surchauffe des pneus lors du freinage.

Le décollage est largement considéré comme les moments les plus dangereux d’un vol. Mais ce n’est que partiellement vrai. Car, la phase de décollage ne compte que pour 2 % sur la durée totale du vol, mais elle représente 14 % des accidents mortels. Généralement au décollage, l’avion vole bas, et lentement. Et quand des problèmes surviennent, les pilotes ont peu de temps pour réagir, et c’est le cas du vol J7116 d’Afrijet. Les passagers ont donc frôlé le drame. Ils ont par la suite empruntés à 18 h 30 le vol J7152 de la même compagnie pour une arrivée sur Port-Gentil à 19 h 00.

Les évènements peuvent être effrayants, mais les chiffres montrent quand même que l’avion est le moyen de transport le plus sûr pour voyager. Et même si un accident se produisait sur un vol, les passagers auraient 95,7% de chances d’y survivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here