Suppression de certaines bourses par l’ANBG : Le COPIL CITOYEN invite la Présidence de la République à effectuer des coupes sur son budget.

0
324
Siège de l'ANBG

Le COPIL CITOYEN suit avec beaucoup d’attention les évènements portant sur les nouveaux critères d’attributions de bourses dont l’objectif réel ne consiste qu’à réduire le nombre d’étudiants boursiers au Gabon afin de réaliser des économies sur le budget de l’Etat.

Le COPIL CITOYEN constate pour le regretter que la Présidence de la République, tutelle directe de l’ANBG, ait choisi de sacrifier l’avenir des Gabonais en décourageant le maximum d’étudiants à poursuivre leurs études en les privant de bourse, de campus universitaire mais et surtout d’établissements supérieurs réunissant le minimum de conditions d’apprentissage.

Avant 2009, les universités du Gabon, n’étaient certes pas les meilleures du monde, mais disposaient quand même du minimum nécessaire (campus, restaurants universitaires servant 3 repas par jour à raison de 150 FCFA l’unité, etc…).

Les écoles supérieures (INSG,IST, etc…) étaient perçues comme des écoles d’élites poussant des milliers de bacheliers à se bousculer aux différents concours car on était sûr au sein de ces écoles, de boucler son parcours à temps, etc… de 2009 à ce jour, c’est l’hécatombe totale en milieu universitaire, et même les grandes écoles publiques ne mobilisent plus autant d’étudiants (cas du célèbre Institut National des Sciences de Gestion qui mobilise à peine 1.000 bacheliers à son concours contre 3 ou 4 milles avant 2009).

Le système académique se meurt depuis 2009, comment l’expliquer quand on sait que depuis 2009, le Budget du Gabon n’a jamais mobilisé autant d’argent pour l’éducation.

Le problème actuel des bourses tire son origine du rattachement de l’ANBG à la Présidence de la République. L’ANBG est entrain de connaitre le même sort que l’ensemble des Agences créées et gérées par la Présidence de la République à l’image de l’ANGTT ayant engloutie des milliards et étant morte sans rendre compte au peuple gabonais. Pour le comprendre, en 2009, le Budget de la Présidence de la République sous feu Président Omar BONGO ONDIMBA était de 15, 482 milliards. L’année suivante, en 2010, sous le Président Ali BONGO ONDIMBA, ce budget a été quasiment multiplié par 3, passant de 15,482 milliards en 2009 à 39,658 milliards en 2010. Ainsi, avant 2009, le Budget de la Présidence ne dépassait pas les 15 milliards (dont des investissements oscillants autour de 5 milliards), après 2009, en plus de dépasser 15 milliards, le budget de la Présidence a atteint les montants de 119,288 milliards en 2012 (avec des investissements atteignant 25 milliards comme en 2020). Avant 2009, jamais la Présidence de la République du Gabon n’avait gérée autant d’argent.

Aussi, le COPIL CITOYEN constate pour le regretter, qu’il ne se passe un seul conseil des Ministres sans que des conseillers et autres ne soient nommés à la Présidence de la République, faisant de cette Institution, un lieu où semble-t-il sont casés aux frais du contribuable, parents, amis et connaissances.

Le COPIL CITOYEN, invite dans ce sens, la Présidence de la République, tutelle de l’ANBG, à effectuer des coupes sur son budget et non effectuer ces dernières sur les bourses des étudiants.

Pour le COPIL CITOYEN, le Porte-parole Geoffroy FOUMBOULA LIBEKA M.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here