Musique : ” GUIDELAM “, un nouveau single pour La Dieyna.

0
210
L’artiste-auteur-compositeur-chanteuse, La Dieyna

La Dieyna, l’Etoile peule de Lubumbashi née sur les rives du Congo a présenté un nouveau single ” GUIDELAM “. Un opus produit par le label LSD Record.

” GUIDELAM “, la nouvelle chanson de l’artiste-auteur-compositeur-chanteuse est une chanson puular, un hymne qui célèbre l’amour, dit par une femme qui réalise qu’elle se sent prête à aimer avec joie… on peut penser un premier amour, ou la veille d’un mariage ou la rencontre lorsqu’arrive enfin, le Jour J ou la nuit de noce, un grand moment attendu par toutes les femmes.

De son vrai nom Dieynaba Ndemane, La Dieyna est née à Lubumbashi en 1983, d’une mère congolaise et d’un père sénégalais. Une phratrie de cinq (05) frères et sœurs C’est une véritable Diva des temps modernes qui aime déclarer : « Pour moi, chanter c’est comme on respire… La chanson fait partie du souffle de ma vie ». Elle chante l’amour, la joie, la paix, l’enfance, l’amitié, le respect des valeurs et bien d’autres thèmes à découvrir dans son prochain album. Rappelons que, c’est dès sa tendre enfance au Congo, qu’elle a commencé à chantonner en reprenant les hits entendus sur les ondes. Elle chante dans plusieurs langues, français, swahili, lingala, anglais, lari et wolof. De sa voix singulière chaude, douce ou sensuelle.

Avec aisance elle surfe sur n’importe quelle sonorité avec l’envie d’offrir aux mélomanes, un mix coloré de registres ouverts sur tout ce qui fait vibrer les mélomanes, à savoir, l’Afrobeat, le Reggae, le RnB, la Rumba, la Salsa, mais aussi le Mbalax pour son pigment local, pour donner une identité singulière à sa musique. De mémoire, elle dit se rappeler d’une petite fille insouciante, bercée par la musique congolaise, dans une cour familiale où s’empilent, guitares et instruments en tous genres. Un monde féerique aux couleurs de Bienvenue à poto-poto avec des sons, des voix des percussions de Rumba sous les sempiternelles pluies tropicales.

Dans la cour de la joie, au premier plan, la section de cousines répétant les chœurs de Gospel pour la chorale dominicale. A côté, la scène le musicien de la famille, artiste impressionnant, qui présidait en maestro quelques après midi de répétitions, pour emballer inlassablement des groupes de musiciens qui ont fait leurs cheveux blancs sur la route de la gloire… tout pour fasciner la petite fille naïve qu’elle fut.

Dans cet univers, tout était arrangé pour fasciner la petite fille qui rêvait de podiums. C’est ainsi qu’une étoile passera de longues années à nourrir son imaginaire.

« Je me souviens dit-elle, il y a eu l’annonce de la guerre civile, partir, fuir avec une peur panique, marcher, aller vers des horizons incertains, ensuite prendre la route pour le grand départ. Au final… une famille éclatée, une autre vie et des voyages impromptus.

Aller où ? On n’en savait rien … RDC, Congo Brazzaville, Zambie, Côte d’Ivoire et enfin le retour obligé, destination finale, le Sénégal, terre d’origine de mon père, peulh, musulman. Pour moi, une terre inconnue ». Au final… une famille éclatée, une autre vie et des voyages impromptus.

A l’âge de 14 ans lorsqu’elle arrive à Dakar, la jeune sénégalo-congolaise reprend confiance et va tout de suite créer un cercle d’amies avec des jeunes filles de son âge. Ensemble, elles montent « Alliance », un groupe de musique qui va se produire régulièrement sur les podiums de la ville et qui réussit finalement à se faire une place dans les milieux hip-hop. Leur style plait, elles jouent du RnB, et ça cartonne. S’ensuit une pause de quelques années. Des moments consacrés à la famille et au travail. Et c’est seulement au début de l’année 2019 que naît la véritable, Artiste-Auteur-Compositeur-Chanteuse.

Aujourd’hui, c’est une femme épanouie, pleine d’assurance qui chante maintenant en wolof, une langue apprise sur le tas, à l’école puisqu’à la maison on ne parlait que Puular, le dialecte des Peuls.

Lorsqu’elle relance sa carrière musicale avec son désormais producteur Laye Diagne fondateur du label LSD Record, elle sait qu’elle devra beaucoup travailler pour raconter son univers qui force le respect. Pour composer ses chansons.

« J’écris seule, la nature, le silence, une journée ensoleillée, tout m’inspire. Ca vient parfois la nuit, et ça ne part plus … ça reste dans ma tête comme une obsession, Concernant mes clips, dès l’écriture de la chanson, je vois des tableaux, sinon je joue avec les paroles, ensuite je vais chercher les mélodies ».

DISCOGRAPHIE

1)- Sama Life (en 2019) : Parle de vécu, de sacralité, du respect et de l’ambiance qui doit prévaloir dans le mariage. Le message fort invite au respect du cadre marial.

2)- Sama Xarit en 2020 : Chanson dédiée à l’amitié. Ici, l’auteur remercie ses amis d’être là pour la soutenir. Elle parle de relations amicales, de l’air du temps, d’univers de filles, d’insouciance, de sorties entre copines, de shopping, de partage, de convivialité, etc.

3)- Gaindé Yi (en 2020) : C’est un vibrant hommage rendu aux Lions du football du Sénégal. Avec joie et allégresse.

4)- Guem Sa Bopp (en 2021) : Un hymne à la femme sure d’elle, à celle qui s’assume et qui sait rester debout en toute circonstance. Une célébration des femmes fortes autant que les femmes prises dans les tourments de la vie, ou à celles qui doutent parfois.

Un son inspirant engage toutes les femmes à braver les vicissitudes de la vie.

Une supplique pour transcender toute situation. C’est un message pour mobiliser, pour dire que tout est possible si l’on décide en toute confiance de rester soi-même.

Au-delà, c’est un rythme qui emballe et qui saura rendre toutes les femmes encore plus belles, encore plus fortes. Parle à la femme sure d’elle, à la femme qui s’assume, qui reste debout en toute circonstance… La chanson s’adresse à toutes les femmes.

5)- Guidélam (en 2022) : Chanson d’amour, dite en puular. C’est l’histoire d’une femme qui réalise qu’elle se sent prête à aimer avec joie, un premier amour, la veille d’un mariage ; la rencontre de l’être aimé, ou l’expression de la volupté lorsqu’arrive enfin, le moment tant attendu par toute femme.

 

À Propos de LSD Groupe

Né en juin 2007 de la passion de son initiateur pour la musique, le Label LSD Records est devenu une institution qui participe activement au développement du secteur artistique du Sénégal. Le Label LSD Records propose à tout artiste qui rêve de Sommet, de devenir sociétaire. L’intégration à ce Label d’excellence offre l’accès à un Studio Hight Tech, la possibilité d’enregistrer sous l’œil de véritables professionnels. Dans ce cadre, tout est mis en œuvre pour aider les artistes à développer différents styles musicaux, partant du stade de Loisirs au niveau Professionnel. Et entre autres activités et commodités contractuelles, on peut citer les arrangements, les enregistrements (live ou programmation), le beatmaking, la mastérisation, la production d’albums, la réalisation de clips, le montage Post-Prod, l’organisation de spectacles, concerts et festivals, ainsi qu’une large couverture médiatique (Sénégal, Afrique et international). Le Label LSD collabore avec des artistes locaux et internationaux,

À propos de Laye Diagne

Musicien, compositeur-arrangeur, chef d’orchestre de grands artistes chanteurs connus et reconnus, a su tout au long de son parcours, orchestrer avec un talent inouï, des rencontres régulières et savoureuses entre ses racines, son don inné et le reste du monde. A l’heure où le vocable ” métissage ” est utilisé à tort et à travers, Laye Diagne est souvent cité comme un artiste visionnaire, dont la vie est dédiée à l’art et à la culture.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here