Modification de la Constitution : en 6 jours les parlementaires valident la nouvelle Constitution.

0
423

La nouvelle constitution n’a pas eu du mal à passer dans les  chambres du parlement. En 6 jours, les parlementaires ont pu revisiter les 26 articles modifiés. Un vote que les populations continuent de contester.

Adoptée en Conseil des Ministres du 18 décembre dernier, les parlementaires viennent d’approuver la modification dudit projet. 26 articles au total ont été modifiés, des articles pour permettre au pays de faire face à des crises liées à une indisponibilité du Chef de l’Etat et lui permettre de contrôler quelle que soit la situation, le Sénat.

Sur 229 votants, 204 ont voté pour, 25 ont voté contre. Aucune abstention. Un vote qui prouve une fois de plus, le contrôle absolu des partis  membres de la majorité présidentielle dans les deux chambres du parlement. L’opposition gabonaise qui a organisé un sit-in, le jour du vote  a refusé de voter pour cette nouvelle modification de la Constitution. Selon ces derniers, elle détériore les relations humaines et le vivre ensemble des Gabonais.

La majorité qui obéit à la charte de leur coalition n’a fait que foncer la tête baissée et valider cette nouvelle Constitution. Aucune ligne ou phrase de ces articles et textes de lois n’ont connu une relecture ou suscité des questionnements, et les 26 articles sont passés comme une lettre à la poste.

Le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba  qui rencontrait des problèmes avec ces articles lors de son AVC en 2018, et ses collaborateurs qui ne savaient plus à quel saint se vouer, peuvent désormais sabrer le champagne en signe de victoire dans leurs salons feutrés. Ces derniers lors de ces moments difficiles du Chef de l’Etat, utilisaient toutes les ruses possibles et manipulations des lois, pour convaincre et justifier le bon fonctionnement de l’Exécutif.  Mais également que,  le Chef de l’Etat était bel et bien présent au Gabon et avait le contrôle sur les affaires du pays.

Cette nouvelle modification de la Constitution vient donc réconforter le Chef de l’Etat et ses collaborateurs. Le peuple quant à lui, continue de contester la méthode adoptée par le gouvernement pour faire adopter  et voter  la nouvelle Constitution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here