Le PDG en père fouettard : 25 militants sanctionnés.

0
225
Eric Dodo Bounguendza, Secrétaire du PDG

Il faut signaler aujourd’hui une certaine crise du militantisme au Parti démocratique gabonais (PDG). Ce Parti a du mal à recruter de nouveaux adhérents. Cette situation est liée, de manière plus générale, à une crise de l’action collective. Toutefois, il convient de nuancer cette affirmation.

En effet, les critiques sur les idées et les orientations du PDG existent. En d’autres termes, il existe une inégalité face à la critique, car les membres rejetés à la marge du Parti et qui appartiennent à des milieux peu politisés, situés au bas de la hiérarchie sociale comparativement à leurs camarades, sont également ceux dont les critiques sont les moins construites politiquement.

Aussi dans un communiqué en date du 1er août 2020, la Commission Permanente de Discipline (CPD), Organe chargé d’instruire les cas de manquement à la discipline du Parti, notamment le non-respect des Statuts, du Règlement Intérieur, de la Charte des Valeurs et du guide de procédure de la CPD, a mise en demeure 25 militants à savoir Julien NKOGHE BEKALE, membre du Comité Permanent du Bureau Politique (MCPBP) ; Martin MABALA, membre du Bureau Politique (MBP) ;Raphaël MANGOUALA, membre du Conseil Consultatif des Sages, (MCCS) ; Alain Simplice BOUNGOUERES (MCPBP) ; Guy Bertrand MAPANGOU (MCPBP) ; Régis IMMONGAULT TATANGANI (MCPBP) ; Blaise LOUEMBE (MCPBP) ; Martin Fidèle MAGNAGA (MCCS) ;Firmin Idriss NGARI (MCCS) ;Flavien NZENGUI NZOUNDOU (MCCS) ; Josué MBADINGA (MBP) ;Charles OTANDO (MBP) ; Albert Richard ROYEMBO (MBP) ; Alphonse NZIENGUI (MBP) ; Malika BONGO ONDIMBA (MBP) ;Irène LISSENGUET épouse LINDZONDZO (MBP) ; Jean Bosco NDJOUNGA (MBP) ;David ELLA MINTSA (MBP) ; Romain MIKANGA SEMBA (MBP) ; Pacôme MOUBELET BOUBEYA (MBP) ;Barnabé INDOUMOU MAMBOUNGOU (MBP) ; Séverin NDONG EKOMIE (MBP) ;Louis Elvis ENGOZOGO ; Léonard ANDJEMBE ; Philibert NGAYIPE ;Léandre NZUE (MBP) ; Karine Cecilia ARISSANI épouse NTOUTOUME ONDONG, membre de la Chancellerie des Ordres du Parti (COP). D’ailleurs, cette dernière est suspendue de ses fonctions de Membre de la Chancellerie des Ordres du Parti (COP).

La situation qui prévaut fait donc apparaître une difficulté organisationnelle que doit gérer le PDG. Ce Parti est contraint d’accepter les critiques afin de garantir sa légitimité démocratique tout en parvenant à les contenir pour qu’elles ne mettent pas en danger le fonctionnement de l’institution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here