Le don de 50 000 masques du Ministère du Pétrole au COPIL, une supercherie ?

0
196
Nestor Andome Ayi, secrétaire général du ministère du pétrole (au milieu) et Romain Tchoua, Représentant du COPIL (à gauche)

La pandémie du Covid-19 promet d’être longue et épuisante. Mais il est crucial de maintenir l’esprit de coopération intact dans une période où le système international semble plus que jamais prêt à se fragmenter.

Aussi, la remise de don de 50 000 masques chirurgicaux par le Ministère gabonais du Pétrole, du Gaz et des Mines à destination du personnel médical au COPIL, chargé de la lutte contre la pandémie au Gabon est sujette à caution dans la mesure où il provient de la Chine.

En effet, la Chine voit maintenant dans la crise sanitaire une occasion de gagner de l’influence sur le Gabon par des gestes humanitaires. Elle fait monter en puissance sa machine diplomatique pour se positionner comme chef de file de la réponse internationale à d’éventuelles épidémies généralisées de Covid-19 sur le continent africain.

Force est de constater que la pandémie du Covid-19 marque indéniablement un tournant pour la santé publique et l’économie mondiale. Ses implications politiques, à court et à long terme sont moins bien comprises.

Cette pandémie sème le chaos, déclenche des perturbations de grande ampleur et met gravement à l’épreuve les systèmes de gestion des crises. Les dirigeants gabonais sans scrupules se servent de la pandémie pour faire avancer leurs intérêts en risquant d’exacerber les crises nationales, répression de l’opposition à l’échelle nationale avec l’assurance de s’en tirer à bon compte.

Ainsi, les placements en offshore sont fatalement liés aux classes dirigeantes, au regard de la faible bancarisation du Gabon. Car les plus pauvres ne peuvent pas contrôler les transferts d’argent vers les paradis fiscaux.

Évoquer la corruption comme étant un frein au développement et un crime largement partagé au Gabon n’est pas une nouveauté. Qu’elle soit largement alimentée par l’aide internationale pose une question. Faut-il suspendre cette aide pour lutter contre la corruption ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here