L’Appel des mille et Une: Célèbre la journée mondiale de la Femme Africaine.

0
818
Albertine Maganga Moussavou.

A l’occasion de la 56ème édition de la journée internationale de la Femme africaine (JIFA), le mouvement féministe « l’Appel des mille et Une » a convié ce mardi 31 juillet 2018 dans un hôtel de la  place, un parterre de femmes africaines à un brunch. Des femmes incarnant la réussite et la détermination dans l’accomplissement de leurs destins, ont discuté sous le thème : « les 1001 facettes de la femme africaine ».

Célébré le 31 juillet de chaque année depuis des décennies par l’UNESCO et quelques associations en Afrique et dans le monde, la Journée internationale de la femme africaine demeure néanmoins inconnue par le plus grand nombre. Dans l’optique de remédier à cela dans notre pays, le mouvement féministe l’Appel des mille et Une a organisé la première édition sous trois thèmes importants : « Femme et tradition, femme et politique, femme et entrepreneuriat ». Des thèmes qui ont étaient développés par des femmes de renoms gabonaises et de plusieurs pays de la sous régions d’Afrique.

«Crée il y a plus de 50 ans par Aoua Keïta, une militante et une femme politique malienne, la Journée internationale de la femme africaine nous permet de prendre conscience de ce que nous devons faire et être en tant que femme, pour affirmer pleinement notre rôle dans le développement de notre continent et plus encore de notre pays le Gabon. Le panel dans lequel j’interviens « Femme et politique », est un pan qui peut permettre à la femme gabonaise en particulier, d’accéder au pouvoir décisionnel en ce qui concerne la politique. Car comme vous le savez la politique prime sur tout, dans la mesure où les décisions politiques s’imposent à nous. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, nous les subissons, c’est dire l’importance de la politique dans un pays », a indiqué L’honorable Albertine Maganga Moussavou.

Souvent marginalisée dans nos sociétés, cette journée est selon les organisatrices de cet événement mondial, l’occasion de rappeler à la femme africaine sa place réelle dans la société. « Nos femmes doivent certes revendiquer le statut qui est le leur, mais aussi et surtout s’imposer dans la société comme une personne à part entière. Une personne capable de grandes choses au même titre que les hommes », ont telles déclarées.  

«L’entreprenariat d’une femme témoigne de la participation de la femme dans une société. Il est évident qu’une femme, est un acteur de développement. Une femme participe à la construction de son pays et il serait dommage que la plus grande partie de la population d’un pays comme il en est le cas au Gabon, se met à l’écart. Nous savons que la femme ne manque pas tant de formation, mais plus de motivation et d’assurance. Elle a besoin que celles-là qui osent, l’encouragent, la booste à fin qu’elle puisse dépasser ses propres limites pour s’éveiller et s’épanouir », a renchérie Cécilia N’Djave-Ndjoy, l’intervenante du panel : femme entrepreneur.

Se donnant rendez-vous pour l’année prochaine, ces femmes leaders ont émis le souhait de voir leurs conseils, leurs vécus, leurs expériences partagées avec l’assistance porter leurs fruits. Et décideront certaines femmes à sortir de l’ombre pour s’affirmer et mettre en valeur leur potentiel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here