Journée mondiale du livre et du droit d’auteur : le livre gabonais a un avenir.

0
176
Une présentation des livres gabonais

La date du 23 avril correspond à la célébration de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur (JMLDA). Cette date a été choisie en hommage notamment à Cervantes, Shakespeare et Garcilaso de la Vega qui se sont éteints un 23 avril.  

Cette Journée mondiale du livre est l’occasion de célébrer le pouvoir des livres, et la façon dont ils peuvent améliorer nos vies, une journée aussi pour célébrer les auteurs gabonais, et leur droit à vivre de leur production. Car, éduquer, informer, développer la pensée critique, et l’autonomie, c’est ça aussi, le pouvoir des livres…

Dans un monde où tout est virtuel, il est difficile de trouver quelque chose qui n’a pas été d’une façon ou une autre touché par la technologie. Lors de la journée du livre et du droit d’auteur, qui est célébrée le 23 avril de chaque année, les livres ont montré qu’ils ont eux aussi suivi cette tendance et changé pour répondre aux nouveaux besoins. Il est plus qu’impérieux de mobiliser l’ensemble des acteurs du livre gabonais, de renforcer l’importance de la lecture sous toutes ses formes et pour tous les publics, sans négliger l’importance du droit d’auteur. Ces acteurs du livre gabonais sont en effet extrêmement variés, depuis les auteurs, maisons d’édition, librairies, bibliothèques, établissements culturels, scolaires jusqu’aux associations, centres de loisirs, établissements d’alphabétisation, maisons de jeunes… Autant de vecteurs et d’usages du livre.

A l’occasion de la journée mondiale du livre, découvrez notre sélection d’ouvrages gabonais incontournables à parcourir, ou bien à offrir.

Notre sélection :

  • « La mort de Guykafi » – Vincent de Paul Nyonda
  • « L’amer saveur de la liberté » – Jean Divassa Nyama,
  • «  Au pays de Mba Ndong » – Eric Joel Bekale
  • « La bavure du destin » – Rosny le Sage Souaga
  • « Un certain regard du Gabon » – Serge Kevin Biyoghe
  • « Les Matinées sombres » – Narcisse Eyi Menye
  • « Chambre » – Pulcherie Abeme Nkoghe
  • « Larmes de cendre » – Justine Mintsa,
  • « Les voleurs de sexe » – Janis Otsiémi,
  • « La fille du komo » – Sylvie Ntsame,
  • « Afép, l’étrangleur-séducteur » – Honorine Ngou.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here