« Je suis choqué de la perdition de la communauté Fang » dixit Albert MEZUI.

0
364
Albert MEZUI.

Pendant que nous voulons moderniser éhontément notre coutume Fang, notre socle au gré des nos envies égoïstes, matérialiste.

Pendant que nous prouvons à toutes les autres communautés que nous avons honte de nous-mêmes.

Pourquoi, on continue de mettre les éléments culturels suivants dans les articles qui accompagnent l’argent pour constituer la dot :

* la lime

* la hache

* la tête du tabac

* les amulettes

Pourquoi on ne demanderait pas déjà au beau fils d’apporter :

* la voiture

* le bateau

* l’avion

* de construire des villas

* de justifier son compte en banque et l’épaisseur de sa richesse.

Pour mieux exprimer la valeur matérielle de la femme?

Quelle honte !

De nos jours, un beau fils qui ne respecte même pas sa femme, qui ne respecte même pas ses beaux parents, qui ne compte que sur son argent, sa richesse, qui sort avec toutes les parentes de sa femme, qui sort avec toutes les voisines et les copines de sa femmes, qui frappe, qui méprise, qui violente sa femme à souhait, dès lorsqu’il s’amène avec le bœuf, c’est fini il a prouvé l’amour à votre fille.

Où avons nous jeté notre dignité ?

Chez les Fang, la dot se donne à vie et aussi longtemps que tu vis avec leur fille ou que vous avez des enfants ensemble.

C’est quoi cet amour qui ne doit s’exprimer que par le bœuf.

Notre cupidité ne doit pas continuer à mettre nos enfants en difficultés et à induire en erreur les autres communautés qui viennent épouser chez nous.

Mon fils, Rostand Essono Ella, j’ai honte que mon enfant, mon sang en vienne à soutenir une absurdité, une preuve de mercantilisme, une preuve que nos filles sont considérées comme des objets commerciaux.

Le meilleur beau-fils c’est celui qui a une bonne éducation, celui qui respecte et protège votre fille, qui vous respecte à toute épreuve, qui ne maltraite pas votre fille, qui ne la violente pas. Et cela, c’est toute la vie du foyer et pas seulement le jour du mariage.

Soyez aussi des pasteurs pour notre coutume dans l’intérêt de nos enfants et de la communauté.

Albert MEZUI.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here