Il eût un premier jour que tombait le régime Bongo

0
779
Ali Bongo Ondimba, le Président du Gabon derrière son épouse.

Démis de ses fonctions par les militaires le 30 août, Ali Bongo aurait été celui par lequel la longévité au pouvoir des Bongo est tombée.

Soupçonné de tous les péchés du monde, fausse nationalité, faux diplômes, faux vainqueur des élections (tant législatives que présidentielles), faux cheveux sur la tête, faux Ali Bongo après son AVC, usage de faux pour mieux siphonner l’argent des contribuables Gabonais avec sa légion étrangère, faux papiers avec trois actes de naissance, distribution de faux papiers d’identité gabonaise aux étrangers, etc, Ali Bongo Ondimba est celui qui clôt notre essai d’exégèse politique intitulé “SECRETS D’UNE LONGÉVITÉ AU POUVOIR” commencé en 2007, et dont Raphaël NTOUTOUME NKOGHE détient le manuscrit inachevé.

Il a fallu attendre Brice Clotaire Oligui Nguema pour mettre fin à cette dynastie qui aurait particulièrement brillé par l’usage du faux.

Au moment où nous allons disséquer les 100 premiers jours de liberté retrouvée des Gabonais, quoi de plus normal que d’évoquer le régime qui a appauvrit le Gabon et ses habitants.

La grande leçon à retenir ici est celle de comprendre que quelque soit la durée de la nuit, le jour finit toujours par se lever.

Et il eût un soir, et il eût un matin: Premier jour.

PETIT-LAMBERT OVONO ÉVALUATEUR CERTIFIÉ DES POLITIQUES PUBLIQUES PRÉSIDENT DE SOGEVAL

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here