Gabon/Renouvellement du bureau du CGE : La Cour Constitutionnelle se prononce.

0
224
Etienne Francky Meba Ondo dit Meboon, Vice-président et Porte-parole de REAGIR

RÉAGIR, conséquemment à sa requête adressée à la Cour Constitutionnelle aux fins de constater la caducité du bureau du Centre Gabonais des Elections (CGE), prend acte de la décision rendue par la Haute juridiction.

Sur la forme : la requête du parti a été jugée recevable. Sur le fond : la Cour a rejeté l’interpellation visant la suspension des actes actuellement posés par le bureau du CGE et son renouvellement avant la tenue des législatives partielles de ce mois d’octobre 2022.

Par contre, la Haute juridiction, contrairement à sa précédente décision no 0025/CC du 25 juin 2020, a désormais exigé que le renouvellement du bureau du CGE intervienne dans le mois suivant la proclamation des élections législatives partielles des 15 et 29 octobre 2022.

Pour REAGIR, la recevabilité de notre requête et la fixation d’une date butoir et sans équivoque pour le renouvellement du bureau du CGE constituent une avancée de la marche vers le respect de l’Etat de droit tel qu’exigé par notre Bureau exécutif, mais aussi par la Plateforme partenaire GABON D’ABORD et la coalition des partis politiques de la PG 41.

REAGIR se réjouit par ailleurs de ce que notre requête a conduit à l’audition des ministres de l’Intérieur et des Relations avec les institutions en vue de la mise à disposition des cartes d’identité nationale et de la révision de la liste électorale en prévision des scrutins de l’année 2023.

REAGIR, enfin, invite les institutions à respecter, pour l’avenir, les délais de renouvellement de leurs bureaux, conformément aux prescriptions de la loi. Ceci pour éviter que la Cour constitutionnelle, même implicitement, soit obligée de sauver la face à des Gouvernements dont la culture pour la violation de la loi semble assumée. Quid du renouvellement du bureau du Conseil National de la Démocratie ?

Etienne Francky Meba Ondo dit Meboon, Vice-président et Porte-parole de REAGIR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here