Gabon/Nzeng-Ayong : Mécontentement des populations du carrefour gauche-droite.

0
559
Une vue des barricades

Epaves de congélateur, machine à laver, des pneus et autres ont permis à la population d’à gauche, Oban, Doum-Doum et sortant vers Bambouchine de barricader la route pendant une vingtaine de minutes pour se faire entendre. Visiblement, l’objectif a été atteint vu la descente sur le terrain des agents des forces de police de Nzeng- Ayong, suivi du commissaire après que les éléments de ce dernier aient dégagé les épaves qui se trouvaient au carrefour gauche-droite empêchant au passage les voitures de circuler comme d’habitude dans cette artère du 6e arrondissement de Libreville.

A l’arrivée des policiers, ces derniers ont trouvé une population qui se trouvait  derrière le vert, jaune, bleu pour une couverture nationale dans une revendication que l’on qualifie de légitime. « Les travaux avancent à Nzeng-Ayong, chantier-Moderne, Ebacater, mais nous n’arrivons pas à comprendre pourquoi notre tronçon qui se trouve à droite qui arrive à Bambouchine en passant par Oban et Doum-Doum n’est pas pris en considération. Pourtant ce dernier a comme avantage d’abriter un complexe scolaire qui pourra désengorger l’école dragages, Nzeng-Ayong 3, et le lycée de Nzeng-Ayong » a souligné le porte-parole du collectif Mr  Nzengué.

Un véritable calvaire celui que vivent les habitants de ces zones périphériques surtout en saison pluvieuse comme le confirme maman Brigitte « Ici, l’on transporte des gens dans les brouettes, lorsque la personne ne décède pas en chemin, moi-même j’ai donné naissance à mon fils dans une brouette. Il faut que ça change, et nous ne pouvons plus accepter cette forme d’injustice ».

Sur ce tronçon querellé, rien ne laisse présager que les travaux seront exécutés sur ce linéaire. Heureusement que le collectif prévoit d’autres activités afin que le gouvernement soit un peu plus regardant sur ce vaste chantier de réfection des voiries du Grand Libreville, qui devrait bénéficier au plus grand nombre compte tenu de l’enjeu politique de 2023 qui pointe à l’horizon et dont les frustrations sont à éviter.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here