Gabon: Jeff BONGO ONDIMBA veut s’accaparer de la maison de dame EWANDJI à Bongoville.

0
910
Une vue du portail et du portillon que l'homme de main de Jeff Bongo Ondimba voulait utiliser pour barricader les entrées pour bien prendre possession de la maison et du terrain

Dans la vie, il est important de se rappeler d’où l’on vient, peu importe ce que nous sommes devenus. Le patriarche Omar BONGO ONDIMBA, paix à son âme, dans sa main tendue légendaire, a cru bon d’adopter plusieurs enfants en sus de ceux dont il était le géniteur pour peupler lui-même le Gabon.

Il a tiré sa révérence, laissant au Gabon une postérité composée d’enfants gabonais de souche souvent sobres et peu enclin à chercher des palabres inutiles à leurs frères et sœurs gabonais. Malheureusement, ceux de mauvais sang qu’il a estampillé ” BONGO ONDIMBA” venus de contrées lointaines sont ceux qui agacent le plus les paisibles Gabonais.

En dépit de tout ce qu’il a hérité de son père comme tous les autres enfants, cet enfant d’adoption alimente de tout temps des polémiques relatifves au foncier au Gabon. Après l’épisode des terrains disputés avec l’ancien homme de main de son père vers l’hôtel le NOMAD, le général Nérée ODJIA, le palabreur s’est dirigé vers Bongoville cette fois.

Omar BONGO ONDIMBA avait de son vivant construit une cité à Bongoville d’une trentaine de maison de haut standing. A sa mort, ces maisons furent abandonnées des années durant, devenant des repères de serpent et de porc-épic en pleine ville. Aucun enfant BONGO ONDIMBA ne se souciait de ces logements laissés à l’abandon.

Face aux récriminations constantes des villageois qui s’offusquaient de voir toutes ces maisons se dégrader, alors que bien de cadres manifestaient leur désir de les acheter, le patriarche Fidèle ANDJOUA ONDIMBA ordonna leur vente. C’est sa fille Martine ANDJOUA ONDIMBA qui s’est chargée de les vendre.

Les différents acquéreurs ont entrepris des lourds travaux de remise en état de ces logements. Dame Marie Clara EWANDJI, comme bien d’autres compatriotes a jugé opportun d’en acquérir aussi un logement. Mal lui en a pris. Car depuis plusieurs mois, alors qu’elle a effectué des travaux importants, le nommé Jeff BONGO ONDIMBA est sorti comme des buissons pour réclamer la même maison.

Dame EWANDJI qui est acquéreuse de bonne foi disposant de l’acte de vente, a entrepris toutes les démarches adéquates de régularisation foncière de son terrain auprès de l’ANUTTC. Jeff BONGO ONDIMBA refuse d’aller demander des comptes à sa sœur Martine ANDJOUA ONDIMBA, cessionnaire dudit bien et choisit d’importuner une paisible compatriote.

L’affaire vient de connaître une suite judiciaire au tribunal de première instance de Franceville, le délibéré du jugement étant attendu pour le 08 septembre 2022. Mais, sans attendre la décision du tribunal, Jeff BONGO ONDIMBA a envoyé son homme lige, un Congolais nommé LIPO barricadé les ouvertures du logement pour empêcher son accès. A-t-il corrompu le tribunal auprès duquel il s’est assuré de dire le droit en sa faveur ?

L’actualité à Bongoville est, ces derniers jours, marquée par les agissements de ce fils BONGO ONDIMBA qui ne met d’ailleurs pas les pieds dans ce village depuis la mort de son père.

Le Gabon n’est certes pas si peuplé. Mais il y a lieu de bien faire attention dans le choix de ceux à qui on donne la nationalité. Car à ce rythme, on court le risque de mettre des loups dans la bergerie et faire des esclaves des maîtres. Sinon comment comprendre que Jeff BONGO ONDIMBA, si fortuné soit celui qui s’en prenne à une femme de son village pour une maison où il ne viendra jamais habiter.

Et pourquoi refuse-t-il de voir sa sœur Martine ANDJOUA ONDIMBA qui a vendu cette maison et a bien encaissé le prix de celle-ci versé par Madame EWANDJI ? Les jours à venir nous donneront l’épilogue de cette affaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here