Gabon : Jean Ping fait trembler le pouvoir.

0
2160
Le leader de la Coalition pour la nouvelle République, Jean Ping

Après son passage à la chaîne de télévision française France 24, Jean Ping a déclaré « Nous accèderons au pouvoir avant, d’une manière ou d’une autre », ce qui n’était pas du goût du collégien en chef de la présidence de la République qui est venu une fois de plus faire son bla-bla, comme d’habitude.

Jean Ping, très en verve ce jour-là, a dit pouvoir prendre la présidence de la république avant 2023. Ennemi de l’absolutisme, du despotisme, partisan d’un système représentatif et de la liberté d’expression, il pressent un avenir républicain. Car, la reconnaissance du droit de critiquer et de contester publiquement les mesures et politiques adoptées par le gouvernement est un des piliers fondamentaux des régimes démocratiques. Au niveau de l’opposition gabonaise l’information est passée comme une lettre à la poste n’en déplaise à ceux-là qui pensent que le Gabon est une propriété privée d’une famille à l’origine de la misère qui gagne chaque jour les Gabonais. Il faut être aveugle pour ne pas voir ce qui se passe en ce moment…

Pourquoi une telle peur gagne le camp des adversaires de Jean Ping, si ces derniers sont sûrs de pouvoir conduire le bateau Gabon de génération en génération sans que cela ne dérange personne ? On comprendra aisément pourquoi la société gabonaise est malade. Des anciens ministres, Premiers ministres et autres qui font des sextapes. Des députés et des sénateurs qui votent des lois sur l’homosexualité, parce que cherchant à avoir le pouvoir à vie. Ils sont passés en force par-dessus la volonté des Gabonais, ils sont passés en force par-dessus l’avis de la société civile. Personne n’est dupe : la formule n’a rien d’un dérapage incontrôlé. Il s’agit ouvertement d’une tactique politique.

Jean Ping a parlé, les Gabonais attendent tout simplement la réaction d’Ali Bongo Ondimba afin que le débat puisse se poursuivre, pas avec des collégiens qui n’ont aucune expérience. Il s’agit là d’une affaire de génération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here