Gabon : Guéguerre entre la Cour Constitutionnelle et le gouvernement.

0
1747
Le chef du gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda (à gauche) joue la forte tête avec la présidente de la Cour Constitutionnelle Marie Madeleine Mborantsuo (à droite)

La Cour Constitutionnelle vient de renvoyer les membres du gouvernement de Rose Christiane Ossouka Raponda à bien faire son travail. Cela ne sert à rien d’aller vite en besogne juste pour plaire au chef de l’Etat, et c’est le peuple qui trinque.

Les Gabonais ont besoin d’une bonne protection sanitaire des autorités en cette période de coronavirus. Rappelons que le vaccin ne guérit pas, et ne sauve pas. Ainsi, l’arrêté gouvernemental anti Covid-19 sur les mesures gouvernementales pourra s’appliquer  à condition que le gouvernement reprenne la procédure selon le communiqué de la Cour Constitutionnelle. En clair, cette mesure gouvernementale n’est pas passée par les deux chambres du parlement, Ossouka Raponda voulait faire comme au quartier en oubliant que l’administration a des normes.

Le scénario est ahurissant, voire pathétique, en cherchant à imposer des décisions l’on a l’impression que le gouvernement est en compétition avec la Cour Constitutionnelle qui est non seulement la mère  des lois, mais est au-dessus du gouvernement d’Ossouka.  La primature de Rose Ossouka Raponda confirme à travers cet Arrêté Nº 0685/PM du 24 décembre 2021, toute l’incompétence que la Cour Constitutionnelle lui a reconnu. Il est reproché au gouvernement de n’avoir pas consulté le parlement.

Dans sa réponse, le gouvernement dit avoir pris connaissance de la décision de la Cour Constitutionnelle aujourd’hui et reprend à 100% le contenu de l’Arrêté Nº 0559/PM du 25 novembre 2021 pour produire l’Arrêté Nº 0685/PM du 24 décembre 2021. « Donc en moins  de 5 heures, le gouvernement a consulté le parlement, rédigé un nouvel arrêté, fait enregistré au niveau du secrétariat général du gouvernement ? » s’interroge  le membre du Copil Citoyen Geoffroy Foumboula Libeka ».

L’on s’achemine irrémédiablement vers un bras de fer entre le gouvernement et la Cour Constitutionnelle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here