Gabon/Grippe aviaire : Le gouvernement interdit l’importation et la vente de volailles vivantes

0
374
Un communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l’Élevage après détection de cas de grippe aviaire des trois élevages.

Le gouvernement gabonais vient d’interdire l’importation de toutes les espèces de volaille vivantes en provenance des pays voisins ainsi que leur circulation dans le Grand Libreville jusqu’à nouvel ordre. L’annonce a été faite le 16 mai 2022 par un communiqué conjoint des ministères de la Santé et de l’Élevage après détection de cas de grippe aviaire des trois élevages. 

Par cette décision, le gouvernement veut préserver la santé des consommateurs, protéger les élevages et renforcer les contrôles aux frontières puis dans les marchés sur l’ensemble du territoire national.

Elle est motivée par l’identification du virus H5N1 dans les prélèvements recueillis dans trois élevages situés dans la zone de Meyang dans le département du Komo Mondah (province de l’Estuaire) après constat « des mortalités anormales de volailles » par les équipes de la Direction générale de l’Élevage à partir du 13 avril 2022. Les analyses du Centre interdisciplinaire de Recherches Médicales de Franceville (CIRMF) ont révélé la présence de virus « hautement pathogène de la grippe aviaire ».

La réunion conjointe des ministères de la Santé et de l’Élevage de ce lundi 16 mai a donc permis la mise en place des mesures conservatoires connaissant la dangerosité de ce virus sur la santé humaine et de ses conséquences sur l’activité économique. Il s’agit de « l’ouverture d’une enquête épidémiologique dans les élevages, de l’interdiction de la circulation des volailles dans le grand Libreville jusqu’à nouvel et de l’interdiction d’importation des volailles en provenance des pays voisins. »

Le gouvernement a également décidé de fermer tous les points de vente de volaille vivante sans une autorisation spéciale et de renforcer les mesures de biosécurité dans toutes les fermes du Gabon. Pour répondre à toutes les questions suscitées par la découverte de ce virus, le 060 00 76 79 est mis à la disposition du public.

Une cellule multisectorielle va visiter les fermes situées dans l’estuaire pour prélever des échantillons et sensibiliser les éleveurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here