Gabon : Déclaration de l’Opam et les organisations alliées…

0
453
Une photo au sortir de la rencontre avec les membres de l'Opam, le CPPPL et L'UPPIG

Le mercredi 10 août 2022, les principaux patrons de la presse libre et indépendante, membres de l’Organisation patronale des médias (OPAM) et des organisations alliées, Cercle des Patrons de la Presse Privées en Ligne (CPPPL) et Union des Patrons de la Presse Indépendante du Gabon (UPPIG), ont tenu un conclave exceptionnel dans un hôtel de Libreville. Ils ont examiné avec gravité et professionnalisme la situation catastrophique généralisée de l’état du Gabon et la cabale mensongère dont ils sont victimes depuis les graves révélations faites, au tribunal de Libreville, par les anciens alliés des actuels mains dirigeantes du palais présidentiel.

De concert avec notre constat, la récente colère du Président de la République lors du tout dernier Conseil des ministres est légitime et justifiée. L’immobilisme et l’incompétence de ceux qui sont chargés de rendre les Gabonais heureux sont patents.

Dans ce contexte, l’OPAM et leurs alliés ne sauraient laisser prospérer les mensonges et les manipulations des imposteurs dans les métiers de la communication qui prétendent soutenir les actions du président de la République. Actions et réalisations jamais citées, jamais explicitées, jamais promues dans leurs médias. Ce d’autant plus qu’ils accusent publiquement l’institution qu’est le Président de la République et son administration de corrompre les responsables de la presse libre et indépendante. Cette stratégie de communication aussi hasardeuse, irréfléchie qu’inopérante est la preuve, s’il en fallait encore une, que la fonction présidentielle est plus que jamais rabaissée, dévalorisée par de prétendus communicants pourtant censés travailler à la conservation et valorisation de sa stature.

Reprenant systématiquement et se gargarisant des tracts distillés contre les patrons de la presse libre et indépendante, les organes de presse proches du palais présidentiel confirment non seulement qu’ils en sont les protagonistes mais surtout qu’ils sont aux ordres de commanditaires en manque de stratégie de communication. La roublardise, la perfidie et la cruauté n’étant pas des principes constitutifs d’un plan ou d’une stratégie de communication efficace et féconde. Elles ont toujours des effets pervers contre lesquels l’OPAM et ses alliés mettent en garde leurs artisans et l’opinion publique.

L’OPAM, le CPPPL et l’UPPIG attirent donc l’attention du Chef de l’État, des différentes institutions de la République, garantes de sa stabilité, et des représentations diplomatiques en poste dans notre pays quant à l’instauration, par les journaux ‘’émergeant’’ du palais du bord de mer, d’un paysage médiatique conflictuel au Gabon. La guerre médiatique qui pourrait s’en suivre dans les jours à venir, à la veille des élections multiples devant avoir lieu l’année prochaine, n’augure rien de bon pour la quiétude des populations vivant au Gabon. « Qui sème la haine récolte la violence, la vengeance, la mort… », prévenait le journaliste et écrivain français Jean-Christophe Grangé.

L’OPAM et ses alliés précités attirent ici l’attention de l’opinion publique nationale et internationale quant au climat délétère en fabrication dans les officines gavées inopportunément et sans résultats par les finances publiques ainsi qu’en témoignent la diffusion, ces derniers jours, de bordereaux de décaissement de fonds par le cabinet du Directeur de cabinet du Président de la République.

L’OPAM et ses partenaires se réservent par ailleurs, le droit d’ester en justice contre X (pour la diffusion de tracts) et contre les différents organes de presse gratuitement malveillants envers ses membres.

Les auteurs de ces calomnies, diffamations et atteintes à l’honneur de journalistes qui ne font que leur métier, doivent être démasqués et traduits devant la justice.

L’esprit de la Constitution de la République gabonaise postule que la presse est libre et indépendante.

Celle-ci est, par conséquent, en droit de rappeler à tous que Sylvia Bongo Ondimba et Noureddine Bongo Valentin sont des justiciables au même titre que tous les Gabonais. Ils doivent répondre de leurs actes comme le font Brice Laccruche Alihanga, Patrichi Tanasa, Ike Ngouoni et tous les locataires des prisons du Gabon. Ce n’est pas en dénigrant de façon mensongère la presse qui relaie de façon responsable les propos graves de ceux qui les ont cités au Tribunal de Libreville que cela laverait leur honneur ou leur image.

Dans tous les pays du monde, la raison d’État justifie bien souvent des passerelles entre le pouvoir politique et la presse dans le souci de préserver l’intérêt supérieur de la Nation. Travestir cette plausible interactivité en accusations fallacieuses, c’est prendre une lourde responsabilité. Plus que jamais les différentes plumes de l’OPAM, le CPPPL et l’UPPIG diront… au nom de la Vérité et de notre Dignité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here