Face à la grogne sociale : le ministère de l’Economie et des Finances rassure.

0
188
l'Immeuble Arambo du ministère de l'Economie et des Finances

Etant un mécanisme de distribution du capitalisme avancé, le ministère de l’Economie et des Finances est un facteur décisif de construction et de reproduction structurelle des inégalités sociales. On peut donc affirmer qu’il est un maillon crucial dans le processus de répartition des ressources, qui détermine la place des catégories sociales dans la hiérarchie des classes.

Comment alors expliqué les démarches administratives de 467 agents en cours d’intégration au sein de différentes directions du Ministère de l’Économie et des Finances, dont l’objectif était d’aboutir à l’attribution de postes budgétaires, l’intégration au sein des effectifs de la Fonction publique ou encore le rappel solde en fonction des dates de prise de service ? Car lesdits agents ne disposent d’aucune garantie quant à une possible intégration. Une situation qu’ils dénoncent en rappelant les dispositions relatives à la loi n°8/1991 du 26 Septembre 1991 portant statut général des fonctionnaires.

Aussi, la mise en œuvre du développement économique doit bénéficier du concours conjoint de l’intervention du ministère de l’Economie et des Finances et des initiatives individuelles. De fait, les initiatives individuelles n’ont jamais été aussi efficaces que lorsqu’elles ont été coordonnées par l’intervention étatique. D’ailleurs, le Gabon a signé un programme avec le Fonds Monétaire International (FMI) et l’une des mesures d’austérité est la maitrise de la masse salariale. A ce titre, le ministère de l’Economie et des Finances a annoncé qu’aucun recrutement au noir n’a été effectué à ce jour, à l’exception des ministères de la Santé, de l’Education Nationale, de l’Enseignement Supérieur, et de Forces de Défense et de Sécurité, suite à une décision prise en Conseil de Ministres. Pour ce qui est des régularisations des situations administratives, il est à noter que cette question ne dépend pas seulement du Ministère de l’Economie et des Finances. A cet effet, le ministère au même titre que les autres départements ministériels est en attente du lancement de l’opération par le ministère de la Fonction Publique.

A travers cette situation, l’initiative publique, au service d’une vision globale de l’Etat, reste une option. Il semblerait parfois, sur la base d’une définition extensive de la notion de « Droit fondamentaux » et de leurs conséquences pratiques, que le ministère de l’Economie et des Finances s’oriente dans cette direction. Dans ce cas de figure, le ministère est plus cohérent et investie d’un mandat plus légitime, assis sur un procédé démocratique plus direct et associé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here