Dieudonné Minlama, réaffirme sa volonté de voir la suppression de certaines institutions.

0
916
Dieudonné Minlama Mintogo, président de la formation politique" Ensemble pour la République".

Le président du parti “Ensemble pour la République” parti politique de l’opposition Dieudonné Minlama Mintogo, dans un entretien avec la rédaction de 7joursinfo a réaffirmé sa volonté de voir la suppression de certaines institutions de la République, selon lui, sont de trop.

L’ancien candidat indépendant à l’élection présidentielle de 2016, Minlama Mintogo  réagissant sur l’actualité nationale et au regard de la crise, dénonce une overdose institutionnelle, de près d’une trentaine (30) d’années après la tenue de la conférence nationale, de plusieurs entités républicaines  qui n’ont pas convaincu de leur utilité.

À cet effet, il propose la suppression notamment du de la haute chambre du parlement(Senat), le Conseil national de la démocratie(CND), le Conseil Économique et Sociale Environnemental(CESE) et  le vice-président  de la République qui permettrait à l’état de faire des économies et de relancer certains chantiers. En plus de la suppression de ces structures, Minlama Mintogo  suggère une réduction du nombre des députés de 81 au lieu de 143.

Ceci,  toujours dans l’optique d’aider les gouvernants à faire un peu  plus d’économie, il propose une diminution du nombre des conseils communaux et départementaux, en réintégrant par exemple les communes d’Owendo et d’Akanda dans la commune de Libreville afin de faire un grand Libreville avec huit(8) arrondissements.

Ceci est d’autant vrai, si tel est que l’on veut vraiment relancer l’économie du pays avec en prime « le plan de relance économique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here