Des malversations au Centre de contrôle technique Auto bilan Agrée.

0
1113

C’est bien d’une affaire de malversations dont il est question au sein du centre de contrôle technique Auto bilan Agrée à qui l’Etat avait confié depuis 23 ans des missions de contrôle automobile. En effet, Auto bilan bénéficie depuis 1997 au Gabon, de la concession de service public des visites techniques, pourtant elle ne s’est jamais souciée de s’équiper adéquatement conformément aux obligations contractuelles qui la liaient à l’administration gabonaise.

Force est de constater que vingt-trois ans après le début de leurs activités, les différentes dettes colossales de cette entreprise et le manque de rigueur affichée par les autorités du ministère des Transports s’expliquent désormais à travers le rapport accablant de la Cour des comptes. En page 46 dudit rapport il est écrit « Les concessionnaires utilisent des moyens dilatoires pour se soustraire au paiement des redevances issues de l’exploitation des services publics concédés. Les responsables de la Direction Générale des transports terrestres (DGTT) ne veillent pas au strict respect des termes de la concession en matière d’élaboration et de production des rapports ». C’est ce qui expliquerait le manque d’intérêt de la DGTT face au mépris du respect du cahier de charge de la société Auto bilan dans l’exécution de ces missions. Le même rapport de la Cour des comptes révèle les soupçons de malversations émises par les syndicalistes depuis quelques jours.

Les montants des transactions entre Auto bilan et les agents de la DGTT sont aussi retranscrits dans le rapport de la Cour des comptes. Il y est fait mention que de 2013 à 2014 madame Nadine Ogoula DGA de la DGTT aurait bénéficié d’un montant de 15 563 470 de francs CFA. Même qu’en 2014 le DG 1 de la DGTT aurait lui aussi bénéficié d’une largesse de 1 427 061 de francs CFA. Madame Clémence Loupdy remplacée depuis par Anatole Kabounou au poste de Directeur Général des Transports Terrestres, n’est pas en reste car elle aurait bénéficié en 2015 d’un montant de 4 413 284 de francs CFA. Il est donc évident qu’Auto bilan, tient en laisse la direction générale des transports terrestres par les pots vins, ce qui rend impossible toutes actions de répression contre cette société.

Par ailleurs, le centre Auto bilan serait également débiteur de la somme de 395 047 000 de francs CFA à la CNSS correspondant à une période de cinq ans. En revanche, la dette de la société Auto bilan auprès des impôts peut, elle atteindre, les 7 milliards de francs CFA, sur une période de dix ans. Comment comprendre qu’une entreprise dont les dirigeants ne sont pas domiciliés au Gabon peut-elle continuer à manipuler les autorités Gabonaises au point de traîner des dettes aussi importantes et exercer en toute quiétude en attaquant les automobilistes ? Le Directeur général actuel des transports terrestres serait-il lui aussi un maillon de cette chaîne de malversations ? Certainement, Auto bilan possède des pièces comptables compromettantes pour les responsables de cette administration.

Pourquoi après toutes ces inspections effectuées par la Direction de la sécurité routière et des contrôles techniques de madame Hortense MBA et de ses équipes, aucunes sanctions n’ont été prononcées ? Peut-être que toute l’administration est corrompue par Auto bilan comme le démontre le rapport de la Cour des comptes, et que les pseudos inspections ne sont qu’une illusion pour le ministre Léon Armel Bounda Balonzi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here