Covid-19 : Retour à un confinement total.

0
270
Une vue partielle des députés los de la déclaration de politique générale du premier ministre Julien Nkoghe Bekale à l'assemblée Nationale.

Le gouvernement suite au non-respect des mesures  barrières,  par les populations et à ce qu’il considère désormais comme de l’incivisme, prévoit un retour au confinement total. 

C’est ce qui ressort du point de presse organisé le mardi 12 janvier dernier, par  le ministre de la santé,  Guy Patrick Obiang et son collègue de l’intérieur le Ministre d’Etat, Noël Lambert Matha. Ces derniers  ne sont pas allés pas le dos de la cuillère pour annoncer les intentions du gouvernement,   c’est-à-dire durcir  le ton, en ramenant le confinement total.  Une mesure pour amener les Gabonais à respecter les mesures barrières et à voir un comportement plus responsables face à cette pandémie.

Selon les membres du gouvernement,  le pays serait dans une  situation critique depuis quelques mois.  Une situation due,  aux  comportements inciviques des populations. Ces derniers dit-on,  ne prennent  pas  conscience des risques qu’ils encourent  lorsqu’ils ne respectent pas les mesures barrières édictées par le gouvernement.

Pour le ministre de l’intérieur la menace  serait avérée, c’est pourquoi,  « Face à la menace réelle d’une seconde vague  dans notre pays, le gouvernement toujours soucieux de la santé des populations, entend au nom du principe de précaution, utilisé la même  rigueur pour freiner la propagation du virus.  Car, cette seconde vague plus contagieuse et plus meurtrière peut plonger notre pays dans une profonde  détresse », a souligné le ministre de l’intérieur Lambert Noël Matha.

Le gouvernement invite de ce fait,  les populations à la prudence,  et pour s’assurer du respect des mesures barrières,  les forces de l’ordre et de défense ont été instruits de faire respecter les dites mesures.  Des  mesures draconiennes et une pilule difficile à avaler pour les populations.

Toute chose qui  semble ne pas embarrasser  le  ministre de l’intérieur, qui  persiste en affirmant qu’il faut stopper  cet incivisme des populations et passer  à    la phase des sanctions.

Une idée très appréciée par le ministre de la santé, qui estime également qu’au regard  des données du comité de riposte,  et l’augmentation exponentielle, du nombre de cas positifs. Il y a lieu de durcir le ton  et de revoir le retour au confinement total.  « Dans la rue, les commerces, les bureaux, les quartiers, les marchés, la population  portent de moins en moins les masques.  De même les cérémonies de toutes sortes sont réorganisées sans aucun respect des mesures barrières et du protocole sanitaire. Non, la pandémie n’est pas fini, la pandémie n’est pas derrières nous, au regard du nombre de décès et hospitalisation enregistrés ces derniers mois », a relevé le ministre de la santé, Guy Patrick Obiang.

Avant d’annoncer qu’ «  un durcissement de mesures de restriction ou un second confinement pourrait être rapidement décrété, au regard de la tendance poussière de la pandémie de la Covid-19 »,  annoncé le membre du gouvernement.

C’est donc une sortie du gouvernement qui semble n’avoir pas eu un écho favorable, eu égard aux différentes manifestations organisées,  par les membres du gouvernement, par les parlementaires et par les collaborateurs du chef de l’Etat.  Des manifestations dont les protocoles sanitaires et les  mesures barrières ont souvent été balayées d’un revers de la main.  Que dire des agents de forces de l’ordre et de défense qui n’appliquent, pas les mesures barrières et le protocole sanitaire lors des contrôles de routine et dans leur voiture de service.

En ce qui concerne,  les nouveaux malades dans les hôpitaux et  les cas d’hospitalisation dont parle le ministre de la santé, le peuple attend de voir ces hospitalisations à la télévision pour cause de covid-19.  Où sont hospitalisés ces malades  du Covid-19?  Qui sont ces médecins qui prennent en charges ces malades du Covid-19 ?

Autant de questions qui mériteraient d’avoir des réponses si, le gouvernement souhaite donner du crédit à leurs nouvelles dispositions, pour stopper la pandémie. Dans tous les cas,  si des nouvelles preuves des cas de personnes malades où hospitalisées ne sont pas présentés aux gabonais, il sera difficile de faire admettre aux populations  que la pandémie serait en train de prendre des proportions inquiétantes dans le pays.  Surtout que,  dans certaines régions du Gabon coupée du monde, cette pandémie est encore perçue comme une invention du gouvernement. Pour disent-ils,  mettre en place leurs  stratégies  politiques en vue de la présidentielle de 2023.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here