Cancer du sein : En Tunisie pour des soins, Aurore demeure en attente d’une prise en charge médicale.

0
599
Le cancer du sein très fréquent au Gabon. que l'on vient en aide à Rubis Aurore

Épuisés financièrement, les parents d’Aurore, une jeune gabonaise partie en Tunisie en janvier 2021 pour suivre un traitement contre un cancer du sein, ne peuvent plus assumer les frais des soins. Cette dernière a récemment lancé un nouvel appel sur les réseaux sociaux. Elle sollicite l’aide des autorités et de toute bonne volonté pour la prise en charge de son traitement.

La vidéo dans laquelle Aurore a lancé son cri de cœur a été postée le 3 janvier 2022. La jeune femme atteinte d’un cancer du sein qui ne souhaite pas voir son état se dégrader interpelle premièrement le Président, son épouse et la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) qui a fait de la solidarité son crédo.

« Je m’appelle Rubis Aurore et j’ai un cancer avancé du sein. Maman Sylvia Bongo, papa Ali Bongo Ondimba, monsieur le directeur de la CNAMGS, s’il vous plaît, aidez-moi en validant la prise en charge de mes soins. Une lettre a été déposée à la CNAMGS mais elle est restée sans suite. Je réponds bien au traitement mais lorsqu’il n’est pas suivi, je rechute et le cancer se propage! Je ne veux pas mourir, j’ai des jeunes enfants qui ont besoin de moi, pardon! », a-t-elle dit.

Le coût mensuel du traitement du cancer du sein s’élève à 400 mille francs CFA. Et le soutien de l’Association des étudiants et stagiaires gabonais en Tunisie (AESGT) reste insuffisant. Ils avaient à leur tour demandé à la CNAMGS d’octroyer à Aurore une prise en charge médicale conformément à la loi sur l’assistance des Gabonais à l’étranger.

Ainsi, n’ayant pas encore reçu une réponse favorable, elle s’est adressée aux artistes gabonais : « Créol s’il te plaît aide moi en partageant la publication. Shan’l, Mme Okenkali, Sean Bridon, s’il te plaît, toute page à forte audience, aidez-moi à toucher les autorités ! ». Les artistes sont des influenceurs et leur implication peut être d’un apport considérable.

En Tunisie depuis plus d’un an et ayant déjà accusé un retard dans le suivi de son traitement, la jeune compatriote a indiqué qu’une collecte de fonds est ouverte à toute personne voulant contribuer à payer sa prochaine cure.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here