Bourses sports-études : vraie ou fausse bonne idée ?

0
149
Des sportifs en plein effort

L’Agence Nationale des Bourses du Gabon (ANBG), est depuis des années à l’origine de plusieurs soulèvements sociaux et de plaintes des étudiants résidants au Gabon et à l’étranger. Le 18 décembre dernier, le gouvernement lors de son Conseil des Ministres a pris la décision d’octroyer des bourses aux sportifs gabonais les plus brillants. Le gouvernement a-t-il les moyens pour mettre en place ce dispositif ? N’y a-t-il pas ingérence de l’Etat dans la gestion de la chose sportive qui revient aux fédérations ?

Ces questions méritent d’être posées, car autant l’ANBG que les Fédérations sportives gabonaises rencontrent ces dernières années des problèmes de gestion. Des difficultés bien connues des autorités gabonaises. Rappelons que trois bourses ont été retenues, à savoir l’allocation post-bac pour les sciences et techniques des activités physiques et sportives, la bourse sport études pour les élèves et collégiens  et lycées ayant entre  11 ans et 17 ans  et la bourse de sportif de haut niveau dont les bénéficiaires ont des résultats incontestables au  niveau Africain et mondial.

En effet, chaque année la direction générale de cette agence ainsi que le Comité Nationale Olympique Gabonais (CNOG), tirent le diable par la queue pour payer les bourses aux étudiants résidants au Gabon ou même les sportifs gabonais de haut niveau. Ceux de l’étranger n’ont plus vu cette bourse depuis plusieurs mois. Sachant qu’une allocation ou bourse est très importante pour un sportif de haut niveau, quelle méthode ou stratégie le gouvernement peut-il mettre en place pour permettre aux sportifs qui bénéficieront de cette aide de bien se préparer lors des compétitions et de poursuivre leurs études ? Cela relève de l’utopie dans la mesure où, l’Etat n’a pas les moyens de sa politique non seulement avec l’avènement du Covid-19 mais avec la crise économique toujours d’actualité.

Pour information, c’est le CNOG détentrice des bourses olympiques octroyées par le Comité International Olympique (CIO), qui fait un appel d’offre aux fédérations sportives qui mettent à disposition leurs meilleurs éléments éligibles aux dites bourses.

Aussi, il serait judicieux que les instances et institutions rendent publique la liste des sportifs bénéficiaires et les montants débloqués, pour éviter tout détournement ou utilisations frauduleuses.

En revanche, il revient au gouvernement de veiller au strict respect de la méritocratie des bénéficiaires des bourses pour un meilleur rayonnement du Gabon à l’étranger.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here