« Voyage en histoire 28/L’Afrique du VIIe au XIe siècle : Les Gan et ses infrastructures, Afrique de l’Ouest » par Jacky Bayili.

0
628
Le Docteur Jacky Bayili

Les traditions orales indiquent que le pays des Kwahu figurait parmi les zones occupées par des peuplades de langue guan avant l’arrivée des Adanse dans cette zone, et que les Guan pré- Akan portaient le nom de Kodiabe, en raison de leur prédilection pour une économie de subsistance fondée sur la production de l’ huile de palme. Les traditions font état de l’existence d’un certain nombre de chefs avisés qui auraient poussé les Guan à créer des colonies de peuplement dans la région, à savoir Adamu Yanko, Bransem Diawuo, Odiaboa, Kosa Brempong et Yaw Awere. On raconte que, vers l’an 1200, les Guan qui occupaient les plaines d’Afram auraient établi leur capitale à Ganeboafo, d’où la dynastie des Atara aurait gouverné les Guan des plaines d’Afram.

Il se serait créé à Juafo Abotan un centre pratiquant activement le commerce de l’ivoire, de la noix de kola, du bétail, du sel et des esclaves avec la savane soudanienne.

L’archéologie n’a pas encore démontré le bien-fondé de ces traditions. Mais un certain nombre de fouilles ont été entreprises dans la grotte de Bosumpra (on pense que ce nom n’est pas sans rapport avec la divinité guan Bosumpra) et les habitations troglodytiques d’Apreku, Tetewabuo et Akyekyemabuo. La datation au carbone 14 indique que, vers 1000-1300, le plateau des Kwahu était occupé par des chasseurs, pêcheurs et pasteurs nomades et des cultivateurs de palmiers à huile qui fabriquaient de la poterie à glaçure « fumée ».

Une autre région où l’archéologie a appelé l’attention sur les Guan est celle de Kyerepong Dawu. La population autochtone de Dawu Akuapem est de langue guan, bien que sa langue et sa culture aient été considérablement éclipsées pendant les temps modernes par les peuples Akwamu et Akuapem Akan. La zone de Dawu et d’Awukugua est constellée de grands tertres constitués de déchets déposés par la population locale pendant un long laps de temps que la datation au carbone 14 situe entre 1400 et 1600.

Les fouilles entreprises dans ces tertres ont mis à jour des débris, notamment de la poterie importée de Shai, des ornements en ivoire, des peignes en os, des objets en cuivre et en fer et des sculptures en argile à tête plate de style akuaba. Bien que ces très nombreux tertres datent d’une période légèrement postérieure à celle qui nous intéresse ici, le contexte culturel dans lequel ils s’insèrent n’est pas sans évoquer les processus formateurs qui présidèrent à la naissance des États modernes des Guan des collines d’Akuapem.

D’après les collections à l’Unesco et l’université de Ouagadougou, le collectif asso paca et l’association culture et partage…

Docteur Jacky Bayili (attaché scientifique à la province du Sanguié)

Expert en économie solidaire, merci à Bahiome ; Union des Groupements Féminins/Ce Dwane Nyee (UGF/CDN)

Source : Quoniam.info Chercheur Permanent Luc Quoniam Université Aix-Marseille – Région Sud Toulon Var ….

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here