Ogooué-Lolo/Koula-Moutou/Élections générales/ Deuxième Siège de la Lolo-Bouénguidi : Véritable marchandage des électeurs par les éventuels candidats aux prochaines élections Législatives.

Débutées il ya un peu plus de deux semaines, les opérations d’enrôlement des nouveaux électeurs ayant atteint l’âge de la majorité pour certains et le changement du centre de vote ou de résidence pour les autres se déroulent timidement dans les différentes Mairies de la commune, ainsi qu’à la Préfecture de Koulamoutou. Pas d’engouement réel.

Seulement on n’assiste à la « chasse » des électeurs, les états-majors des différents hommes politiques sillonnent les quartiers de la commune en vue d’obtenir des nouveaux votants, moyennant une somme de 5000 FCFA.

L’Honorable Député Simplice Mouango du Canton Lolo-Wagna ne s’en cache pas d’ailleurs, il arbore une sacoche en bandoulière, pleine de sonnantes et trébuchantes pour attirer les nécessiteux et leur faire enrôler pour  son compte. Il se dit même qu’il a été interdit pour lui par les autorités du Ministère de l’Intérieur de roder aux alentours des centres d’enrôlement.

Pour Hugues Mbadinga-Madiya, la machine est plus huilée, un QG (quartier général) a même été créé, situé à la chambre N°3 de l’hôtel Bouénguidi et dirigé par un membre de son cabinet, un certain Romario. Un stratège, connu pour ses basses besognes, arrivée tout droit de Libreville en avion, via Mvéngué (Franceville); c’est l’homme à tout faire, il a des équipes disséminées à travers la ville qui font un travail de fourmis afin de dénicher des hommes et des femmes pour les persuader de s’inscrire au 2ème arrondissement de la commune de Koulamoutou.

Pire, le Membre du bureau politique bonus se fait aider par certains responsables locaux du Ministère de l’Intérieur, afin de piocher les votants des Cantons Bouénguidi-Moualo et Moualo-Onoye (Siège de Pacôme Moubelet-Boubeya), dans l’un de nos articles, nous vous parlions déjà de cette situation.

Le Préfet du Département de la Lolo-Bouénguidi et le Sous-Préfet de Popa, sont là pour faire le boulot : avec des agents enrôleurs qu’ils ont eux-mêmes choisi, donc à leur solde, ils font changer de lieux de vote aux populations venues des cantons pour le 2ème arrondissement de la commune de Koulamoutou.

Rodrigue Kondo, sous-préfet du District de Popa et ancien membre de l’AJEV avait été reçu il y’a quelques mois par Hugues Mbadinga-Madiya, lui-même ancien Ajévien. À la tête d’une forte délégation des ressortissants de l’Ogooué-Ivindo vivant à Koulamoutou, le sous-préfet était allé sans nul doute rassurer l’homme politique de faire un travail à son avantage sur la liste électorale.

Le Sous-Préfet de Popa

Lui qui n’est plus en odeur de sainteté avec les populations de Popa depuis que Pacôme Moubelet-Boubeya n’est plus au Gouvernement, mais surtout à cause des millions laissés par le Chef de l’Etat lors de la tournée Républicaine, il dit à qui veut l’entendre qu’il a été félicité par le Premier Ministre, Chef de Gouvernement pour le travail abattu pendant le séjour du Président de la République en Ogooué-Lolo. « C’est un grand parapluie pour moi », dit-il souvent pour narguer ses détracteurs; le Gouverneur de la province de l’Ogooué-Lolo qui est son bel oncle, originaire de l’Ogooué-Ivindo et parlant la même ethnie, le Kota est d’après lui son soutient local, raison pour laquelle il a jubilé lorsque les mutations des Gouverneurs ont été annulées.

Nommé le 01/09/2022, Préfet du Département de la Lolo-Bouénguidi, Monsieur Paul Henri Bimbounza n’a jamais sillonné le territoire sous sa compétence, il refuse même que le véhicule de fonction se rende dans les différents regroupements des villages pour les opérations d’enrôlement. Ses collaborateurs disent qu’il n’a jamais dirigé de réunions depuis sa prise de fonction, ce qui peut être réel, car l’homme manque de rhétorique et d’éloquence, il s’exprime avec difficulté dans la langue de Molière.

Les votants qui se rendent à la Préfecture de Koulamoutou et à la Sous-Préfecture de Popa (les deux administrations étant dans le même bâtiment) constatent avec désolation que les agents enrôleurs ne maitrisent pas leur travail; en effet ces personnes n’ont jamais pris part au séminaire qui était prévu à cet effet. Le Sous-Préfet a recruté parents et connaissances, afin que ces derniers bénéficient du perdiem affecté par le Ministère de l’Intérieur.

L’avenir nous réserve plusieurs surprises.

 

Paul Essonne

Journaliste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *