Véritable calvaire pour les automobilistes.

0
609
La forte dégradation de la route de Nzeng- Ayong non loin du marché complique la tâche aux automobilistes.

Le carrefour qui conduit simultanément au centre de santé, au rond-  point ou encore au marché de Nzeng-Ayong, est devenu un  bourbier. Les automobilistes vivent un véritable calvaire avec la forte dégradation de cette voie de communication, l’on en veut pour preuve la présence des nids de poule, crevasses et surtout le  lac artificiel qui de s’y formé ; Pourtant l’on avait annoncé la réfection des voiries de Libreville après « la balade » dans les différentes commune notamment Owendo, Akanda et Libreville du le premier Ministre Emmanuel Issoze Ngondet et son ministre des travaux publics Christian Magnagna, rien y a fait.

Difficile pour les voitures de circuler en toute quiétude.

La vétusté de cette route qui se trouve dans un marécage est dû au simple fait que les entreprises qui se substituent les unes après les autres n’arrivent pas à bien exécuter les travaux en tenant compte de la présence du marécage. On aurait pu par extension des travaux ouvrir le  canal pour l’écoulement des eaux de part et d’autre, ce qui pour l’heure  conduit nécessairement les propriétaires des voitures chez les mécaniciens pour le changement de rotules, des amortisseurs et autres.   Les piétons ne sont pas en reste,  de fois ils se voient éclaboussés par les voitures, «  quand t- il a pluie les chauffeurs n’arrêtent pas de nous salir une fois que l’une des roues se retrouvent  malencontreusement dans un trou, cherchant à dévier. Il est bien vrai qu’ils demandent pardon, mais cela ne change rien le mal est fait. De fois nous  les comprendront à cause de l’état de la route » a expliqué un riverain.

Peut- être qu’il va falloir un mouvement d’humeur des populations de Nzeng- Ayong dans le 6ème arrondissement de Libreville, pour que le gouvernement que conduit Emmanuel Franck Issoze Ngondet songe à  rendre cette route praticable pour le bien des usagers et des automobilistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here