Union libre : illusion de pre-mariage ou simple mensonge ?

0
190
Sidonie Flore Ouwe, Présidente du « Salon de la femme » et ex-procureur de la République

Communément désignée, concubinage, l’union libre est un choix de vie codifié par le législateur gabonais dans le code civil gabonais en ses articles 377 et suivants du titre IV.

Nous revenons sur ce choix de vie entre les couples parce que les femmes s’obstinent à y demeurer et s’offrent honteusement un statut qui n’est pas réel.

En effet, à défaut de se dire veuve à la mort de leur compagnon, elles exigent un dédommagement en cas de rupture de cette union.

Retenons que l’union libre n’est pas la période des fiançailles ni l’antichambre du mariage encore moins un mariage de fait qui, produirait les mêmes effets juridiques que le mariage civil.

L’union libre est un choix opéré par deux personnes qui n’ont pas l’intention de se marier, mais de vivre ensemble dans la même maison et sont considérées par leurs familles et les voisins, comme des gens mariés.

Elles n’ont pas l’intention de se marier au moment où elles vivent leur relation en toute liberté et si, elles désirent changer leur statut, elles devraient se marier directement devant le maire ou alors elles devraient se faire une promesse de mariage encore appelée les fiançailles.

Aux termes des articles 198 et suivants du code civil gabonais, les fiançailles s’entendent de l’acceptation réciproque de la promesse de mariage. La rupture abusive des fiançailles oblige l’initiateur de cette rupture de supporter la réparation devant tribunal, la demande du dédommagement devant être faite par l’autre fiancé aux termes de la loi.

L’union libre n’est pas à confondre avec la phase des fiançailles.

Alors que l’union libre oblige les membres du couple à vivre ensemble pour considérer leur union comme libre à l’égard du couple qui n’a pas contracté mariage et où il n y a aucune obligation de fidélité, les fiançailles n’exige pas la communauté du toit aux fiancés et l’obligation de fidélité relève du bon sens des futurs époux.

Que les adeptes de l’union libre comprennent que cette union ne produit aucun effet en cas de séparation car chacun est libre de partir quand il le désire sans que cela ne lui soit préjudiciable et c’est d’ailleurs risqué de faire des enfants dans une telle relation où selon le constat seules les femmes assument la responsabilité desdits enfants.

Femmes réfléchissez en choisissant l’union libre comme mode de vie avec votre partenaire qui n’a aucune obligation de vous prendre en charge.

Voici les statuts :

Fiançailles ;

Mariage ;

Union libre.

A vous d’en choisir un en connaissance de cause.

Auteur Sidonie Flore OUWE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here