Une fête du travail sous occupation : Le Covid-19 est passé par-là.

0
151
Vue du ministère de l’Economie et des Finances

Le vendredi 1er mai 2020 marque la célébration de la 134e édition de la Journée mondiale du travail. Au Gabon, l’immeuble Arambo a servi de cadre à cette commémoration d’une rare sobriété circonstancielle, avec la lecture du manifeste par le syndicaliste Fridolin Mve Messa et le discours du Premier Ministre, Julien Nkoghe Bekale, ponctuée d’une minute de silence à l’endroit du médecin décédé à cause du Covid-19.

Ensuite, Fridolin Mve Messa est revenu sur l’histoire de la fête du travail à Chicago. Aujourd’hui, le coronavirus dicte sa loi, et son impact négatif se manifeste par le licenciement de nombreux travailleurs notamment des secteurs de l’hôtellerie, le transport, la restauration.

Aussi, le thème retenu cette année prône logiquement l’unité de tous contre le coronavirus, et une plus grande implication dans la prise de décision pour lutter contre le Covid-19. Car, pour maintenir la paix sociale, il serait judicieux notamment dans le privé de fournir des masques, gants et autres. L’appel est lancé au gouvernement de remédier à la situation, par l’intégration des travailleurs dans le Copil. Le Premier Ministre Julien Nkoghe Bekale pour sa part, à travers le thème retenu « Ensemble face au Covid-19 dans le monde du travail », a déclaré qu’il n’y aurait pas de manifestations festives, ni de défilés, encore moins d’embrassades dans la mesure où le contexte de crise sanitaire avec l’état d’urgence décrété par le Président de la République prévaut.

Par ailleurs, le Premier Ministre a déclaré que les travailleurs sont en première ligne dans les hôpitaux et dans d’autres secteurs touchés par la pandémie, « la crise va durer et nous serons obligés à faire des sacrifices difficiles pour qu’ensemble nous luttions contre la Covid-19, en ce moment difficile le gouvernement restera à vos côtés ». C’est un appel solennel à la solidarité des travailleurs, où le gouvernement invite encore au devoir de solidarité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here