Télesphore Obame Ngomo : ‘’Je ne suis pas un président ectoplasme’’…

0
626
Télésphore Obame Ngomo, le nouveau président de l'OPAM

L’arrivée du mot “ectoplasme ” dans l’univers politique est le fruit de la pensée du second premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing. En disant ” un premier ministre n’est pas un ectoplasme “, Raymond Barre voulait dire qu’il n’est pas arrivé à Matignon pour se tourner les pouces ou pour simplement inaugurer les chrysanthèmes.

De l’histoire de l’organisation patronale des médias (OPAM) créée en 2017, jamais on avait noté autant d’intérêts pour le monde des médias. C’est dire que la nouveauté constatée de 2021,  fraîchement élue, ne laisse point indifférent. Et le baromètre pour le constater n’est rien d’autres que l’abondance des publications diverses et variées, pondues ça et là.

Nos objectifs sont clairs: (1) défendre les droits fondamentaux, plus précisément, ceux liés à la liberté de la presse. (2) Concevoir et bâtir un corps physique à notre corporation. La maison de la presse doit voir le jour. Elle symbolisera cet hommage permanent rendu à la liberté d’expression. (3) Professionnaliser notre corporation en mettant un accent sur la formation et l’éducation aux métiers de la communication, moyen efficace pour susciter des vocations dans le métier de journaliste.

(4) Autonomiser nos organes de presse en les aidant  à se construire des modèles économiques fiables. Mettre fin au mercenariat en vigueur et rompre avec l’idée selon laquelle, la presse serait le bras armés des partis politiques. (5) Créer un climat de confiance entre la presse et tous les pouvoirs publics. Car il en va de la construction de notre Nation.

En bref, faire prendre aux médias la place qui est la sienne où on retrouve le pouvoir législatif ( les députés et les sénateurs), le pouvoir exécutif ( le gouvernement) et le pouvoir judiciaire ( les juges). Car, la spécificité ou la particularité des médias est qu’ils ont la capacité de faire ou de défaire tous les autres pouvoirs. Et Michel Rocard de conclure que c’est finalement le premier des pouvoirs.

Cette ambition paraît titanesque mais elle est réaliste et réalisable. Il faut déjà y croire. L’opinion publique se doute bien qu’avec un tel chantier, on ne peut s’arrêter suite à une cabale de dénigrement sans issue. D’ailleurs, c’est parce que ce noble chantier nous passionne qu’on a commencé à faire en sorte que la presse rentre dans ses droits via le paiement de la subvention qui se fera dans les jours à venir. Voici du concret qui nous diffère du verbe creux, sans crédibilité, du virtuel éternel.

Avoir des relations claires, des amitiés assumées et une fraternité active n’est pas une tare mais bien au contraire, un avantage. La presse et le monde des médias en bénéficieront et nous serons jugés sur nos actes qui ont déjà commencé à faire des heureux. Notre seul adversaire ou notre seul ennemi sera tout ce qui contribuera à tuer la liberté de la presse au Gabon. C’est pourquoi je dis que je ne serais pas un président ectoplasme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here