Syndicat : Les vérités de Pierre Mintsa sur son incarcération.

0
798
Pierre Mintsa, Président de la centrale Syndicale MSTGV

Apres avoir passé cinq jours au B2, le Président de la centrale Syndicale MSTGV, Pierre Mintsa a bien  voulu confier  à la rédaction de 7 jours Info, et apporter des précisions sur son interpellation. Mais également, fustiger les manigances orchestrées par certains responsables syndicaux,  pour mettre fin à ses activités syndicales.

Le Président de la MSTGV, Pierre Mintsa, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour dénoncer le comportement de ses collègues syndicalistes et  les raisons de l’organisation des piquets de grèves et des mouvements d’humeur des syndicats membres de la MSTGV. La lutte syndicale est une lutte d’intérêts général et non d’intérêt particulier. En effet, après plusieurs réunions avec les responsables de l’administration dans le cadre du forum de la Fonction Publique, le Président de la MSTGV, avait constaté que, les autorités ne voulaient plus respecter la périodicité, en ce qui concerne les problèmes relevés par les syndicalistes telle qu’arrêtées lors du Forum, c’est-à-dire à court terme, moyen terme et à long terme. C’est pourquoi,  dès la fin du forum et la mise en place des commissions,  qui se sont arrêtées à cause du COVID-19. Le président de la MSTGV, a donc lancé un mouvement d’humeur à la Fonction Publique, pour rappeler aux autorités les termes et les résolutions du Forum.

« J’ai fait un mouvement, ils m’ont arrêté, ils m’ont amené au commissariat. Le lendemain, les commissions ont repris, tout le monde était content. Les commissions prennent fin en juin, on fait le rapport, on remet le rapport, on dit dans le rapport nous tous. Mais, les quatre là, n’ont pas travaillé, personne ne peut vous donner le contenu du rapport,  parce qu’ils n’ont jamais travaillé là-dedans. Je dis bien, il y a eu quatre commissions mises en place, Maman AMINATA, Ondo ELLA, Fridolin Mve Messa, Emmanuel Mve Mba, aucun de ces quatre ne peut te donner le contenu du rapport parce qu’ils n’ont jamais  travaillé là-dedans. C’est moi qui suis dans la technicité, parce que moi, j’ai travaillé dans les commissions techniques, nous nous sommes accordés avec l’administration pour le court terme. Le court terme, c’est toute l’année 2020, le moyen terme, c’est l’année 2021, le long terme c’est toute l’année 2022. Voilà la périodicité,  maintenant dans le court terme, nous avons été clairs, qu’est-ce que nous pouvons faire dans le court terme.   L’administration a dit, dans le court terme, nous pouvons aligner les pensions retraites, on peut revaloriser les pensions retraites à travers l’application du décret 468 qui a été signé le 19 septembre 2016,  par le Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, qui, jusqu’aujourd’hui est non impliqué», a dit Pierre Mintsa. Avant d’expliquer les différents mécanismes mis en place lors du forum pour répondre aux revendications des syndicalistes.

« Dans le court terme, l’administration a dit,  nous allons prendre un texte qui octroie les services rendus, nous allons payer les rappels soldes d’abord aux retraités et aux agents publics décédés. L’administration a dit,  nous allons procéder aux différents recrutements, mais nous allons mettre en place un plan progressif de régularisation pour les recrutements, cela veut dire que, pour l’année 2020 à compter de septembre au 31 décembre 2020, il y aura recrutement de 2600 sortants écoles, il y aura recrutements de  2100 pré-salariés, parce que dans l’administration publique, il y a des pré- salaires, dont tous ces pré -salariés seront fonctionnaires au premier janvier 2021, tous les sortants écoles seront fonctionnaires au premier janvier 2021. Puisque, c’est un plan de recrutements progressif, pour l’année 2020, c’est cela, le court terme. Dans le même ordre d’idées, pour l’année 2020, il y a des agents qui ne sont pas agents publics, on les appels agents simple, ils sont en position 22, c’est un terme technique que les quatre personnes que je viens de citer ne peuvent pas vous expliquer, ils sont au nombre de 10800, vous voyez,  j’ai tout cela en tête, par ce que j’y ai pris une part active » a déclaré le Président de la MSTGV.

Des mouvements d’humeur à l’origine de l’arrestation du président de la MSTGV, qui, lors de ces différents mouvements exigeait des autorités, le strict respect des termes du forum. N’étant pas en mesure de répondre aux revendications du président de la MSTGV, il semble  que,  ces derniers en complicité avec certains syndicalistes auraient décidé de nuire à ce dernier et l’accusé de trouble à l’ordre public. Des accusations balayées d’un revers de la main par Pierre Mintsa, qui estime qu’il est dans son droit de réclamer et d’exiger le respect des termes du forum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here