SYNAYRASS et SYNAPF, une rentrée très offensive.

0
908
les membres des bureaux SYNAYRASS et SYNAPF pendant la rentrée syndicale.

Le complexe social Benoit Messani a servi de cadre le vendredi  30 novembre dernier à  la rentrée syndicale du Syndicat National des Travailleurs du Secteur Social(SYNATRASS)  et du Syndicat National des Professionnels de la Famille(SYNAPF). Occasion pour les deux entités syndicales de faire le bilan des actions d’une part et d’autre part de proposer solennellement  aux autorités administratives, la méthode de travail, à même de garantir la sérénité et la paix sociale aux seins des administrations respectives.

Les membres des deux syndicats écoutant attentivement le discours de rentrée syndicale.

Tout en félicitant les travailleurs du secteur social pour la qualité de leur mobilisation et l’engagement aux cotés de la Centrale Syndicale Dynamique Unitaire, les présidents du SYNATRASS Roger Ondo Abessolo Et du SYNAPF Vivien Ibing, n’ont pas manqué de fustiger l’attitude de la tutelle qui fait l’autruche en ne prêtant guère attention aux revendications des  travailleurs du secteur social et de la famille.

Par ailleurs, les deux syndicats sont revenus sur les dérives qui empoisonnent le fonctionnement normal du ministère depuis bientôt trois ans. « Nous dénonçons ici l’abus d’autorité et la déviance de certains responsables administratifs qui défient non seulement leur chef mais aussi la loi. C’est le cas du DG démissionnaire de la promotion de la femme Mme Bika qui a décidé de plongée des familles entières dans la misère en refusant de leur signer les attestations de présence au poste malgré leur présence à leur lieu de travail. La vraie motivation résidant dans le fait que les collaboratrices  ont refusé de la somme de 5000 francs CFA qu’elle exige chaque fin de mois à chacun de ses collaborateurs au prétexte d’entretenir les sanitaires de la Direction Générale » a expliqué Roger Ondo  Abessolo  président  de SYNATRASS  .

Les syndicalistes sont également montés au créneau en s’interrogeant sur le cas des agents vivant à l’étranger en France particulièrement et qui ont leurs présence au poste signée régulièrement et de la même autorité ; le cas patent concerne la Directrice Générale de l’Institut National de Formation et d’Action Sociale et Sanitaire(INFASS) qui depuis deux ans séquestre les diplômes de quelques étudiants sans raison valable.

Le chapelet des dérives est tellement longue concernant l’administration des Affaires Sociales et de L a Famille, une chose est certaine, il y a une fin à toute chose. La gestion de la chose publique au Gabon est problématique à tous les niveaux. Les responsables  des administrations se comportement comme des roitelets qui n’ont de comptes  à rendre à personne. Mais quelque soit la durée de la nuit le soleil finit toujours par se lever.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here