Rencontre entre les cadres de la section communication du RGA et le 1er maire adjoint du 5e arrondissement de Libreville.

0
728

La rencontre de ce vendredi 2 octobre 2020 entre les cadres de la  section communication du Recensement Général de l’Agriculture (RGA) et le le 1er maire adjoint du 5ème arrondissement de Libreville dont prenaient part  les  chefs de quartiers rentre dans le cadre de la phase de collecte des données statistiques dite de dénombrement.

Au sortir de ces échanges, le 1er Maire-adjoint du 5e arrondissement de Libreville, Davy Gatien Ovono Obiang a déclaré « Ce qu’il faut retenir, c’est que les agents du RGA sont à la phase de recensement pour déterminer les planteurs et les éleveurs. Après le recensement, ils vont procéder à l’accompagnement des recensés.

C’est une très bonne chose, car c’est un projet de la Banque Mondiale avec la FAO. Il était de notre devoir de mobiliser les Chefs de quartier. En retour, ces derniers se devaient d’accompagner les techniciens des Ministères de l’Agriculture, de l’Economie, et des Eaux et Forets.»

D’ailleurs, la Responsable provinciale de la Culture de l’Estuaire, Mbodjo Hortense n’a pas manqué de donner ses impressions quant à la tenue de cette réunion : « Il y a eu de l’engouement. On a reçu plus de la moitié des Chefs de quartier. Cela veut dire qu’ils sont intéressés par le domaine agricole. Ils se soucient de l’agriculture gabonaise. »

Cette première phase correspondant au dénombrement des gens qui plantent, des gens qui élèvent, il parait donc impérieux de connaitre l’apport technique de la direction provinciale de l’Estuaire. A ce propos, Mbodjo Hortense précise que « Notre direction assure l’encadrement, la vulgarisation des nouvelles techniques culturales, des innovations qui sont mis au point par des structures de recherche. C’est ça notre rôle.

S’il y’a des projets qui se mettent en œuvre, le service provincial de l’agriculture de l’Estuaire accompagne les producteurs dans la province de l’Estuaire, notamment sur le terrain pour l’encadrement technique, pour les conseils, les formations, pour la vulgarisation des variétés à haut rendement ».

Toutefois, une crainte subsiste, au regard de la réaction des Chefs de quartiers pendant la rencontre, en l’occurrence le problème de route, le problème des pachydermes.

Là aussi, Mbodjo Hortense réagit « Bon. Pour le problème de la route, je crois que le gouvernement est en train de faire des efforts. Il y a Madame le Premier ministre qui était sur le tronçon Ntoum-Kango. Ça veut dire qu’ils prennent à cœur cet aspect, cette contrainte. D’ici-là, je crois que les routes vont être travaillées pour faciliter l’acheminement des produits. Le problème ne se pose pas. Je crois que le gouvernement est conscient et ils font avec les moyens qu’ils ont. Petit à petit, ils réceptionnent les routes. »

Rappelons que, le RGA a été lancé officiellement le 8 novembre 2019 à Libreville, et aujourd’hui il est en phase de dénombrement qui consiste à déterminer de manière complète le nombre de ménages agricoles, d’exploitations agricoles modernes et des infrastructures existantes dans les villages. Par contre, dans les ménages agricoles, c’est le type d’exploitation qui devra être déterminé soit moderne soit traditionnelle et le chef du village devra renseigner sur la ruralité.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here