PDG/6ème arrondissement : Ce qui attend Eliane Frida Midoungani.

0
329

La nomination ou encore la promotion heureuse d’Eliane Frida Midoungani au poste de Membre du bureau politique  du Parti démocratique gabonais (PDG) dans le 2ème siège du 6ème arrondissement de la commune de Libreville, marque la volonté du Distingué Camarade Président Ali Bongo Ondimba de restaurer l’équilibre et la justice au sein d’une circonscription politique, dont le PDG, n’a véritablement jamais tirer profit de son investissement humain.

Une vue du logo du PDG.

A preuve, les deux sièges à l’Assemblée nationale, au sortir des élections législatives de 2018, sont occupés par d’autres formations. Bien qu’issues de la majorité républicaine et sociale pour l’émergence. Il en est de même pour les sièges de sénateurs. Quand au bureau d’arrondissement, il n’est en fait présidé que grâce à une coalition d’ensemble. Le Distingué Camarade Président a donc choisi d’effectué une mue au sein des instances dirigeantes au 6ème arrondissement pour impulser une dynamique nouvelle et de mettre fin à une volonté des quasi-intouchables aux velléités carriéristes qui n’ont pas hésiter à braver les choix du Distingué  Camarade Président et le déshonneur pour nuire à l’intérêt du parti.

Le réglage stratégique de la hiérarchie du PDG de procédé au renouvellement de sa classe décisionnelle et de l’élite du 6ème arrondissement de Libreville résulte du constat d’un manque de mobilisation et de crédibilité des responsables politiques lesquels se sont longtemps cantonnés dans des luttes d’égaux  sans fondement et sans fin. Durant ce temps, les formations rivales tiraient, quand à elles, profit de ce déchirement entre les membres du parti au pouvoir. Dont le nouveau Membre du bureau politique devrait inverser la tendance. Le choix d’Eliane Frida Midoungani répond ainsi à sa capacité de mobilisation tenant compte du dynamisme de l’intéressée. Qui malgré la joie retrouvée des militants, reste attachée aux valeurs de discipline et d’éthique de sa formation politique.

C’est ce dynamisme, en effet, qui devrait lui permettre de booster les structures de base du parti même si l’objectif ainsi visé n’est toujours pas bien perçu par certaines basse-cour au sein de la circonscription. Le PDG, comme bien d’autres formations politiques est ouvert à tous les compatriotes et que l’élite se renouvelle en fonction de l’évolution des exigences démocratiques. Surtout quand l’on sait que dans trois ans, les Gabonais vont devoir repartir aux urnes aux urnes pour le renouvellement de leur classe dirigeante.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here