Pas de rencontre citoyenne pour Jean Eyeghe Ndong.

0
865
Jean Eyeghé Ndong, citoyen Gabonais et sénateur du 2ème arrondissement de la commune de Libreville.

L’ancien premier ministre, Jean Eyeghe Ndong c’est vu obligé d’ajourner la causerie de sensibilisation et de conscientisation qu’il devait animer le lundi 26 novembre  dernier à Libreville au marché banane sis au Pk8, du fait que les lieux avaient été totalement  assiégé par les forces de l’ordre et de sécurité y compris les militaire. Une manœuvre probablement de dissuasion et d’intimidation qui au final a fait mouche.

Le spectacle était invraisemblable. Les populations de cette périphérie de la ville et celles venues d’ailleurs assister à la manifestation, ne semblaient pas en revenir au vu de l’arsenal des forces de l’ordre et de défense exceptionnellement déployés sur ce site. «Ce n’est pas croyable. Le Gabon est-il devenu un pays assiégé où dorénavant l’étalage des armes à feu est devenu une nécessité. Dans chaque recoin de la ville les militaires sont postés en attente un mot d’ordre. Nous sommes ici pour écouter le message du premier ministre, s’ils pensent nous intimider ils ont menti, on ne bouge pas ! », a déclaré un compatriote excédé.

En effet, le dispositif impressionnant des forces de l’ordre mis en place le lundi dernier au Pk8, était destiné à dissuader toute tentative de manifestation publique non autorisé. Après la sortie plus que remarqué du sénateur du 2ème arrondissement de Libreville, Jean Eyeghe Ndong, le vendredi 23 novembre dernier à Rio et ce malgré l’interdiction du ministre en charge de l’Intérieur, il semblerait que les autorités gabonaise n’ont pas digéré cet affront et ont par conséquent décidé de déverser les militaires sur le terrain avec l’ordre expresse de mater les insoumis.

On l’aurait compris, dorénavant que toutes manifestations de quelques nature que ce soit qui n’aurait pas obtenu l’aval du ministre en charge de l’Intérieur, sont totalement proscrite sur tout l’étendue du territoire jusqu’à nouvelle ordre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here