Les TIC pour le bien de la formation, malgré l’absence des ordinateurs.

0
852
Une vue partielle des élèves du lycée Nelson Mandela.

C’est la nouvelle vision de l’UNESCO pour l’école gabonaise. Après son programme « Train My Génération – Gabon 5000 », booste l’utilisation des salles d’informatique créées dans l’ensemble du pays pour l’amélioration des pratiques pédagogiques, malgré l’absence des ordinateurs dans quelques écoles de Libreville et de l’arrière- pays.

Pour mettre en musique cette vision, l’UNESCO a soutenu l’organisation par le Ministère gabonais en charge de l’éducation nationale, les 29 et 31 mai 2019, d’un atelier de formation d’une cinquantaine d’inspecteurs et conseillers pédagogiques de Libreville portant essentiellement sur les opportunités pédagogiques qu’offre les TIC. Ces personnels d’encadrement devront par la suite diffuser les acquis de cette formation auprès des enseignants. La question que l’on se pose aujourd’hui est de savoir à quand le bilan ?

Il faut signaler que le Gabon connait une grande accessibilité à internet depuis 2010, avec des coûts de plus en plus attractifs. L’Union Internationales des Télécommunications (UIT), le classe (en 2017) au rang de 6ème pays le plus connecté en Afrique. La formation aux TIC demeure cependant l’un des gaps les plus importants dans le système éducatif gabonais, d’où le lancement de ce processus d’intégration des TIC dans l’ensemble des établissements équipés dont  20 ordinateurs pour 3000 élèves par exemple.

A travers ce projet, l’UNESCO encourage le Gabon à participer à la mise en œuvre de l’agenda de l’éducation 2030 (ODD4) qui vise à « Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ».

La session de formation du 29 mai a été réservée aux personnels d’encadrement des matières scientifiques et celle du 31 aux littéraires. Aux cours de cette formation, ils ont (re)découverts les fonctions de base de l’ordinateur et de différents logiciels et progiciels. Ils ont également appris à utiliser les ressources en ligne pour préparer et rendre plus ludique les cours de sciences et autres.

Après cette formation, l’UNESCO prévoit d’accompagner la formation des enseignants des établissements pilotes à Libreville dans l’espoir de susciter un programme plus vaste dans son système éducatif et donc la généralisation de la formation des enseignants aux TICE dans tout le pays. Ceux du primaire sont toujours silencieux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here