Le gouvernement gabonais en violation de la loi sur les catastrophes sanitaires.

0
648
Quelques membres de la plateforme « Touche pas à ma Terre ! »

Dans un communiqué en date du 27 août 2020, les membres de la plateforme citoyenne « Touche pas à ma Terre ! », rappellent qu’après avoir formellement saisi la Cour Constitutionnelle le 19 mai 2020, pour souligner l’inconstitutionnalité et le caractère liberticide de la loi n°003/2020 du 11 mai 2020 fixant les mesures de prévention, de lutte et de riposte contre les catastrophes sanitaires, ils constatent pour le condamner, la violation par le ministre en charge de la Santé de ladite loi en l’état maintenue.

En effet, des images publiques, abondamment relayées sur internet par des plateformes de la Mairie centrale d’Oyem depuis ce 26 août 2020, exposent clairement le ministre en charge de la Santé, Guy-Patrick Obiang Ndong, en tournée dans la province septentrionale, en situation de violation flagrante des mesures barrières. Il s’agit précisément de celles rappelées régulièrement à tous, par le gouvernement et le COPIL, dont l’actuel ministre est le porte-parole, à savoir : l’interdiction stricte de tout rassemblement de plus de 10 personnes, le port du masque obligatoire dans les lieux publics et la distanciation physique en tous lieux et circonstances.

Par ailleurs, les membres de la Plateforme « Touche pas à ma terre » déplorent la différence de traitement des citoyens devant l’urgence sanitaire. En effet, alors que les partis de l’opposition sont interdits de manifestations publiques et que les lieux de cultes sont toujours fermés, le gouvernement et le parti au pouvoir bravent ces interdictions.

Ainsi, les membres de la plateforme « Touche pas à ma Terre ! » se réservent le droit de saisir les juridictions compétentes contre le Gouvernement et les auteurs de cette défiance, conformément aux dispositions de l’article 8 de la loi susmentionnée. En l’absence de sanctions, nul autre ne saurait se soumettre à ces dispositions devenues discriminatoires.

Aussi, le Président de la République et le Premier ministre sont invités à tirer toutes les conséquences politiques de cet acte d’insubordination de la part du membre du gouvernement, des élus et des responsables administratifs de la province.

PARTAGER
Article précédent« Black live matter » et « Black is beautiful ».
Article suivantLe blues de Lionel Messi.
Rédacteur en Chef, Journaliste-Ecrivain, Sociétaire de la SCAM (Société Civile des Auteurs Multimédias), membre de la SGDL (Société des Gens De Lettres), membre du SFCC (Syndicat Français de la Critique de Cinéma), membre de l'UDEG (Union Des Écrivains Gabonais).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here