La situation politique et sécuritaire en Afrique centrale préoccupe la CEEAC et l’ONU

0
349
Une vue des deux responsables de la CEEAC et de l'ONU

Le Président de la Commission de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique Centrale (CEEAC), l’Ambassadeur Gilberto da Piedade VERISSIMO, a tenu une séance de travail avec le Secrétaire Général Adjoint de l’Organisation des Nations Unies (ONU), chargé des Opérations de Maintien de la Paix Monsieur Jean-Pierre LACROIX, en marge de la participation de la CEEAC à la 77ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU.

Au cours de leurs échanges, ils ont passé en revue la situation politique et sécuritaire ainsi que les processus de pacification et de stabilisation en cours dans la sous-région de l’Afrique centrale.

S’agissant de la situation politique sous régionale, les deux autorités ont exprimé leur soutien aux Etats membres de la CEEAC engagés dans des processus électoraux en dépit d’une conjoncture économique internationale difficile marquée par les effets néfastes de la propagation de la pandémie de la COVID-19 et de la poursuite de la guerre entre la Fédération de Russie et l’Ukraine.

En ce qui concerne la situation sécuritaire, ils se sont penchés sur les menaces auxquelles l’Afrique centrale fait actuellement face, notamment le terrorisme dans le Bassin du Lac Tchad et dans les Grands-Lacs, le sécessionnisme dans les Régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du Cameroun, les groupes armés en République Démocratique du Congo (RDC) et en République Centrafricaine (RCA), la piraterie maritime dans les eaux du Golfe de Guinée, les phénomènes de mercenariat et des combattants transfrontaliers, les multiples processus électoraux, le rôle des acteurs non-étatiques dans les processus de paix, ainsi que la circulation illicite des armes.

S’agissant du processus de pacification et de stabilisation en Afrique centrale, MM. VERISSIMO et LACROIX ont exprimé leur soutien à la Mission de l’Organisation des Nations unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) et à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine(MINUSCA) pour leur contribution à la restauration de la paix et de la stabilité en RDC et RCA respectivement. Toutefois, les difficultés auxquelles ces deux missions sont confrontées, y compris leur rejet par une partie de la population, restent préoccupantes. Ils ont, pour ce faire, évoqué des pistes d’action pour renforcer leur coopération avec l’Union Africaine et les organisations sous régionales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here