La CPG soutient le gouvernement contre le COVID-19.

0
298
Ici le président de la CPG , Alain Ba Oumar (à gauche)

Dans une circulaire Info numéro 03/2020 avec référence ABO/GK/rao en date du 24 mars 2020, le président de la Confédération Patronale Gabonaise (CPG) Alain Ba Oumar déclare qu’afin de se conformer aux décisions du gouvernement en matière de lutte préventive contre la pandémie du COVID-19, son organisation a mise en place un comité de veille et de concertation pour formuler au gouvernement ses propositions pour une réponse efficace du secteur privé non seulement à la crise sanitaire actuelle, mais aussi aux risques économiques qu’elle engendre.

Ainsi, le ministère du Travail recommande à la CPG de mettre en œuvre les mesures d’hygiène et de prévention édictées par le gouvernement ; à réduire les effectifs physiquement présents sur les lieux de travail habituels, avec pour objectif de limiter les risques de propagation de la maladie dans leurs entreprises.

Ces mesures, déjà discutées entre le gouvernement et la CPG, font toujours pour certaines d’entre elles l’objet de négociations au sein du Comité de Crise Gouvernement/CPG. En attendant leurs aboutissements, la CPG recommande aujourd’hui à ses membres de prendre immédiatement les actions suivantes qui font l’objet d’un consensus avec le gouvernement et qui sont en phase avec l’objectif de confinement progressif recherché par les pouvoirs publics : mise en congés des travailleurs non essentiels qui y ont droit et qui le souhaitent ; mise en télétravail des employés qui le peuvent ; organisation si possible du travail à mi-temps ou en rotation à la charge de l’entreprise ; suspension des activités non essentielles.

La mise en œuvre immédiate de ces mesures en tenant compte bien sûr de certaines spécificités sectorielles, doit illustrer l’engament de la CPG aux côtés du gouvernement et des populations dans la lutte contre le COVID-19.

Concernant la discussion relative à la simplification de la procédure de mise en congé technique pour les entreprises véritablement sinistrées avec contribution de l’employeur (la CPG a demandé 30%) et du gouvernement étant toujours en cours, il faut donc attendre son issue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here