Intégration au Commonwealth : atout pour Ali Bongo ou pour le Gabon ?

0
549
Les membres du Commonwealth (à gauche) et le Président gabonais Ali Bongo

Le Commonwealth  est une organisation intergouvernementale composée de 54 États membres qui sont presque tous d’anciens territoires de l’Empire britannique. Pour autant, le Gabon qui est un ancien territoire français, souhaite intégrer ce regroupement ayant en commun l’anglais.

Pour le gouvernement gabonais, l’entrée au sein de ce regroupement véritable est une aubaine pour le pays. Et parmi les forces du Gabon,  l’on parle d’un apport en matière de maintien de la paix et la résolution des conflits.  Chaque année des nouveaux conflits et des grèves sont déclenchés dans les différentes administrations du pays. Malgré les réunions organisées par les responsables des différentes administrations, les mêmes problèmes refont surface. Aucune innovation en matière de règlement des conflits. C‘est le bâton qui est utilisé pour régler les conflits internes. Que sera réellement l’apport du Gabon dans un tel contexte ?

Cette très probable intégration du Gabon comme le 55e État au prochain Sommet du Commonwealth à Kigali pourrait marquer un tournant historique pour le pays. Créé le 11 décembre 1931, le Commonwealth ou Commonwealth of Nations est une organisation intergouvernementale composée de 54 États membres, anciens territoires de l’Empire britannique.  Il est constitué comme une association de pays libres et égaux. Tous les pays membres, unis par des intérêts communs mais autonomes, reconnaissent Sa Majesté la reine Élisabeth II comme chef du Commonwealth. Le Gabon qui a toujours vécu en reconnaissant la France comme pays de référence et qui avait le dernier mot sur le Gabon, pourrait-il intégrer ce regroupement sans s’attendre à recevoir des foudres du colonisateur ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here