Imhotep Ben Moubamba : Tourner la page des Bongo pour un nouveau Gabon !

0
510
Imhotep Ben Moubamba, Ambassadeur de la paix des Nations unies

Imhotep Ben Moubamba (après avoir abandonné son prénom Bruno), Ambassadeur de la paix des Nations unies, opposant gabonais, président du parti politique de l’Alliance pour le changement et le Renouveau (ACR) et ancien ministre, a posté ce mercredi 26 février 2020, une nouvelle vidéo dans laquelle il s’en prend à la famille Bongo et son système machiavélique. Il y demande au peuple gabonais de garder courage et de se préparer à la révolution.

« Message à l’attention de la première dame Sylvia Bongo Ondimba, message à l’attention du coordonnateur de la Présidence de la République Nourreddin Bongo Valentin. Je veux être clair une bonne fois pour toute : le temps des Bongo est terminé. Vous devez négocier la transition politique et générationnelle en République gabonaise, et cessez de vous accrocher au pouvoir. Si vous voulez assurer un avenir radieux pour les vôtres, pour les uns et pour les autres, vous devez comprendre que le temps des Bongo est terminé. Quand je dis que le temps des Bongo est terminé, c’est que le temps des Bongo est terminé. Il n’y a pas de subterfuges à trouver, ce n’est ni les Bongo Valentin, ni les Bongo Ondimba, ni les Bongo tout court, ni les Bongo de l’opposition, ni les Bongo de la société civile, ni les Bongo de la diaspora, et de toutes les forces politiques possibles et imaginables au Gabon. Il est temps maintenant d’inaugurer un nouveau cycle politique, et moi je suis de ceux-là qui assureront la sécurité des uns et des autres » déclare Imhotep Ben Moubamba.

« Donc, pour la dernière fois, Mr Nourreddin, jeune homme, je vous demande de vous calmer, et de renoncer à devenir Président de la République, vous n’en avez pas les capacités, ni vous, ni un dès votre, même pas les Bongo Sassou Nguesso. Ils n’ont plus le droit de diriger le Gabon. Le Gabon ne veut plus entendre parler des Bongo, mais les Bongo ont leur place au Gabon. Donc, si vous voulez avoir votre place au Gabon, vous devez négocier. Mais vous ne négocierez jamais entre Bongo ou apparentés. Vous devez libérer le pouvoir et nous assurerons votre sécurité et nous ne nous en prendrons pas à vous et vos biens.

Pour la dernière fois, jeune homme, Nourreddin, cesse de croire qu’à 27-28 ans, tu vas diriger les Gabonais, ça n’arrivera jamais. C’est ce qu’on t’a dit en France, à l’Elysée. Alors, il faut être clair avec les Gabonais, tu ne seras jamais Président, Nourreddin. Je te le dis, on te l’a dit à l’Elysée. Et bien ! Tous ceux qui ont eu à construire le système Bongo doivent savoir qu’ils ont leur place, mais ce n’est plus leur tour de diriger le pays, vous devez abandonner le pouvoir que vous soyez de l’opposition, du pouvoir ou de quelques forces vives de la nation. Ceci est encore un avertissement. Si vous ne faites pas ça, et bien je vous promets qu’il y aura la révolution au Gabon, et je serais moi-même le chef de cette révolution » affirme l’ambassadeur de la paix des Nations Unies.

« Dès à présent, je demande au peuple gabonais de se préparer à faire la révolution, si ceux qui bloquent le pays ne veulent pas l’entendre. Il n’y aura pas de fausses élections avec des faux résultats organisés par un faux ministre de l’Intérieur, avec une proclamation par une fausse commission électorale. Cela n’arrivera jamais, je vous le promets. Le désordre vaut mieux que l’injustice. La révolution ça vaut mieux que cette espèce de servitude perpétuelle dans laquelle vive les Gabonais et cela n’arrivera pas.

Donc, je suis venu aujourd’hui pour vous dire, libérez le pouvoir, vous êtes nos frères, vous êtes nos sœurs, on ne vous en veut pas mais libérez le pouvoir. On ne veut plus que vous dirigez le Gabon, il faut une transition générationnelle, une transition dans le style, dans la manière de diriger et bien personne ne s’en prendra à vous. Et moi, je m’appelle Imhotep (celui qui vient en paix), donc je viendrais en paix bientôt au Gabon, et ceux qui ont des projets de mort, d’assassinat et autres, et bien ils perdent leur temps. A très bientôt. Courage, peuple gabonais » prévient le président de l’ACR.

Dans ce poste, Imhotep Ben Moubamba présente la méthode de la vraie alternance qu’il est en train de construire. Non pas l’alternance entre le pouvoir et l’opposition, le mouvement de balancier que notre pays vit depuis trop longtemps, mais l’alternance entre l’impuissance et l’efficacité, entre le monde d’hier et le siècle nouveau. Il croit importante une clarification pour présenter aux Gabonais la manière dont il leur propose de transformer notre pays. Il est temps maintenant d’expliquer comment il mettra en œuvre ce qu’il propose.

Et cette capacité de rassemblement qu’Imhotep Ben Moubamba évoque, est à ses yeux, une force. Une force, demain, pour gouverner et faire réussir le pays. Il veut revenir aux origines mêmes de la démarche qui est la sienne. Parce qu’il est le garant de cette cohérence.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here