Il faut que ça change!

0
284
La Présidente de l'association micro en main

Démarrée mercredi le 23 novembre 2023 à Bikélé, localité du 3ème arrondissement de la commune de Ntoum, a travers une  tournée provinciale initiée par l’association Jeunes Leaders, antenne de l’Estuaire s’inscrit dans le but de lutter contre la vie chère. Il était question lors de leur première étape de dénoncer l’informelle devenue, selon eux
formelle, si ce n’est une gangrène qui ne dit pas son nom.

 

C’est avec engouement que la présidente de cette structure associative notamment l’antenne de l’Estuaire, PAMAOUAHA Sophie et son équipe se sont entretenue avec les population venues les écouter.

Is se sont attaqués farouchement à l’augmentation abusive des prix des produits et ont pris comme exemple la commercialisation du pétrole dans nos différents quartiers à des prix qui n’obéissent pas les normes fixés par les autorités. Ces commerçants expatriés, pour la plupart, ont pris le malin plaisir de faire tripler, voire quadrupler le prix de ce produit sans l’accord des autorités compétentes.

Ce produit qui est vendu à la pompe à 275 FCFA le litre, mais qui curieusement est revendu dans les mapanes entre 800 et 1000 FCFA le litre, et ce qui ne fait que asphyxier de plus en plus le train de vie déjà alarmant, surtout parmi ceux de nos compatriotes jugés économiquement faible. C’est après une étude faite par cette association, le constat de leur rapport est amère, car on croirait que ce produit est une exclusivité de ces revendeurs (clients dans les stations services). Très satisfait des intervenants, à en juger par les
nombreuses acclamations des populations.

Les membres de cette structure associative demandent aux nouvelles autorités de la transition de prendre toutes les dispositions nécessaires afin de palier à ce phénomène qui ronge notre société et particulièrement les plus faibles. En terminant leur première étape, ils ont donnés rendez-vous cette fois-ci dans le premier arrondissement de Ntoum, le 26 novembre prochain pour la suite de leur caravane provinciale en disant : «Il
faut que ça change».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here